communique de presse gratuit

>
> L´inefficacité des programmes anti-obésité en Australie

L´inefficacité des programmes anti-obésité en Australie



Selon un récent rapport, un an après la mise en place d´un programme scolaire intensif contre l’obésité pour les adolescentes australiennes, les résultats concernant leur régime alimentaire, la pratique d´une activité physique et leur poids corporel ne sont pas ceux escomptés.

Une grande déception

Les résultats de cette campagne contre l´ réalisée en milieu scolaire et qui implique des séances d’exercice et des ateliers de nutrition pour les jeunes filles à faible revenu, est une grande déception.

Surtout au collèges et au lycée où l’activité physique des filles diminue de façon spectaculaire, selon le chercheur principal, David Lubans, de l’Université de Newcastle de Nouvelle-Galles du Sud en Australie.

Le chercheur a déclaré à Reuters « nous nous battons contre des obstacles psychologiques, sociologiques, environnementaux et biologiques ».

« À l’avenir », a-t-il ajouté « nous tacherons de rendre les programmes plus attrayants et les informations plus passionnantes de manière à ce que cela soit plus parlant pour les adolescentes ».

Le professeur Lubans et ses collègues associés ont mené leur étude dans 12 écoles situées dans des régions à faible revenu de Nouveau-Galles du Sud. Ils ont réparti de façon aléatoire 357 filles de 4e dans 2 groupes, le premier a été soumis à un programme intensif, tandis que le second n´a pas eu de programme de nutrition supplémentaire ou d’aide à l´exercice physique.

La population adolescente a toujours été une source de frustrations pour les chercheurs

Au début de l’étude, les filles des deux groupes pesaient en moyenne près de 59 kg et environ quatre sur dix étaient considérées comme en situation de ou obèses.

A la fin de l’année, les filles des deux groupes avaient atteint le même poids et il n’y avait aucune différence en termes de graisse corporelle - environ 33 pour cent.

Les participants ont également donné des réponses similaires sur des enquêtes concernant la quantité d’exercice pratiquée, leur portion alimentaire, ainsi que sur l´estime qu´elles avaient en elle même.

Seul le "temps passé devant l’écran de télévision » différait et était significativement plus faible - d’environ une demi-heure par jour - chez le premier groupe après un an.

Le chercheur en médecine préventive, Robert Klesges, de l’Université du Tennessee Health Science Center à Memphis, a déclaré que, bien que certains programmes anti- aient aidé les adultes à perdre du poids, la population adolescente a toujours été une source de frustrations pour les chercheurs.