communique de presse gratuit

>
> Infections ORL récidivantes : la solution naturelle BIORL !

Infections ORL récidivantes: la solution naturelle BIORL!



Infections ORL récidivantes :

Les pathologies ORL récidivantes ou chroniques (rhinites, sinusites, laryngites, otites, pharyngites, rhino-pharyngites de l’enfant, bronchites et allergies) sont en constante augmentation et posent souvent un problème thérapeutique. Elles sont souvent causées par la combinaison de plusieurs facteurs (environnement pollué ou riche en allergènes, tabagisme passif...), ce qui explique les résultats souvent décevants des traitements médicamenteux. Ces infections ORL sont très fréquentes et le plus souvent bénignes, avec une probabilité de guérison spontanée pouvant atteindre 80 %. Cependant, elles ont un retentissement social individuel et collectif important. Les rhinopharyngites et les otites récidivantes sont sources d’inconfort, d’absentéisme scolaire, d’indisponibilité parentale et de complications parfois préoccupantes en cas d’otites ou d’angines récidivantes voir compliquées. Première cause d'automédication du fait de l'apparition de ces infections dans un climat d'urgence et leur caractère souvent récidivant notamment chez les plus jeunes. En outre, elles représentent la principale cause de consultation des médecins généralistes et des pédiatres. Les infections ORL sont responsables de plus de la moitié des prescriptions d'antibiotiques et provoquent de multiples recours à des thérapeutiques symptomatiques dont le rapport coût-efficacité n'est pas toujours bien établi. De plus, cette forte consommation d’antibiotiques entraîne le risque d'une sélection de germes multi résistants tels que le pneumocoque et l’haemophilus responsables d’un important problème de santé publique. La prévention des ces complications infectieuses est donc une priorité en tout point.

Prenons le cas de la rhinopharyngite aiguë. Cette pathologie infectieuse est la plus fréquente en pédiatrie. Elle associe à des degrés divers une obstruction nasale et/ou une rhinorrhée bilatérale, une toux liée à la rhinorrhée postérieure et de la fièvre, constituant un trépied symptomatique. Il s'agit d'une maladie le plus souvent virale, traduisant l'adaptation de l'enfant à son environnement. Près de 60 % des enfants atteints de rhinopharyngite aiguë non compliquée reçoivent un antibiotique : environ 3 millions de prescriptions d'antibiotiques pour rhinopharyngite de l'enfant par an en France. Cet engouement pour l'antibiothérapie a des conséquences sur l'émergence de résistances aux antibiotiques et sur les coûts de santé. Le traitement de la rhinopharyngite est symptomatique : antipyrétiques, lavage des fosses nasales, décongestionnants locaux, antitussifs… Le traitement antibiotique systématique par voie générale n'est pas justifié dans une rhinopharyngite aiguë d'évolution simple. Aucune étude n'a démontré l'efficacité des antibiotiques dans cette affection, ni dans le raccourcissement de la symptomatologie, ni dans la prévention des complications.

Deuxième exemple, les angines ou les pharyngites. L'angine est une inflammation du pharynx et/ou de ses annexes lymphoïdes, qui se manifeste par une douleur constrictive de la gorge spontanée ou augmentée à la déglutition, un érythème, et à des degrés divers d'intensité et de fréquence, de la fièvre et une hypertrophie ganglionnaire locorégionale. Ce syndrome concerne prioritairement l'enfant de plus de 2 ans et l'adulte de moins de 40 ans. La grande majorité des angines sont érythémateuses ou érythématopultacées. En raison d'étiologies spécifiques, elles doivent entraîner une prise en charge particulière. Les angines érythémateuses et érythématopultacées sont causées par le streptocoque A dans 15 à 25 % des cas chez l'adulte et dans 25 à 50 % des cas chez l'enfant, notamment à l'occasion de phénomènes épidémiques. Plus de la moitié des angines sont d'étiologie virale. Compte tenu de la forte proportion d'angines virales, le nombre de traitements par antibiotiques prescrits pour angine à des patients sans infection bactérienne est très importan. Le coût économique de ces prescriptions inutiles demeure ainsi très élevé. Les résultats d'enquêtes de prescription indiquent qu'à l'heure actuelle les angines sont traitées de manière très variée et que les traitements sont loin d'être toujours suivis jusqu'à leur terme.

Les infections ORL, de par leur fréquence, la multiplicité de leurs manifestations cliniques ainsi que leurs complications constituent un problème de santé publique. Elles sont d'origine virale dans 70 % des cas, ne justifiant pas de prescription d'antibiotiques. L'utilisation abusive des antibiotiques dans les infections ORL a favorisé l'apparition de germes multi résistants tels que Hæmophilus influenzae et Streptococcus pneumoniae. La sphère ORL est aussi la porte d'entrée de multiples infections pouvant être graves et le choix du traitement antibiotique de ces dernières est parfois une véritable "impasse" pour le clinicien. Si la meilleure attitude demeure la prescription rationnelle des antibiotiques, la prévention constitue un objectif majeur basée à la fois sur la réduction des facteurs de mais aussi sur les moyens de renforcer les défenses immunitaires afin d'essayer d'éviter la répétition d'épisodes aigus.

Immunité, phytonutrition et infections ORL : Solution BIORL

La capacité de notre système immunitaire à nous défendre contre les agressions microbiennes est un versant essentiel dans la lutte et la prévention des infections ORL récidivantes. Mais l'égalité ne règne pas en matière d'immunité. Certains traversent la vie en n'ayant pas connu plus de deux rhumes tandis que d'autres subissent des infections à répétition. Si certains facteurs héréditaires peuvent expliquer ces différences entre les individus, il semble clair, qu'à l'heure actuelle, nos comportements alimentaires (« malbouffe », produits industrialisés…) et nos rythmes de vie, alliant stress physique et émotionnel, consommation excessive de médicaments (antibiotiques, anti inflammatoires…), ont généré des carences majeures en micronutriments, essentiels pour maintenir notre capital santé (vitamines, minéraux et oligoéléments), nous rendant encore plus vulnérables aux infections.

Forts de ce constat, les Laboratoires BIORL ont axé leur développement et leur recherche sur l'intérêt des nutriments afin de renforcer le système immunitaire et faire échec aux infections de la sphère ORL. De solides études scientifiques montrent que de nombreux suppléments nutritionnels (vitamines, minéraux, extraits de plantes) peuvent nous aider à lutter efficacement contre les infections qui accompagnent les mois d'hiver et en alléger les symptômes. Comme le soulignait Claude Bernard « Le microbe n'est rien, le terrain est tout ».

Ainsi, il existe au sein de la gamme BIORL, une formule exclusivement consacrée au renforcement des défenses naturelles de l'organisme. , activateur naturel des défenses de l'organisme, associant la lactoferrine, une protéine innovante dans le renforcement des défenses immunitaires, à un complexe d'antioxydants, de vitamines, d'oligoéléments et d'extraits végétaux, s'impose au fil des années comme la cure indispensable à tout hiver tranquille.

La lactoferrine est une protéine multifonctionnelle, en première ligne de nos défenses immunitaires. Naturellement présente dans le lait maternel de la femme, sa découverte il y a soixante ans ne permettait pas d'imaginer qu'elle puisse posséder un tel potentiel thérapeutique. Les nombreux rôles de cet « ingrédient santé », notamment ses activités antioxydantes, antimicrobiennes et antivirales, donnent un intérêt majeur à cette protéine dans la prévention et le traitement des contaminations bactériennes et virales (infections hivernales, intestinales…). Une étude, réalisée en 2000, a testé les effets de plusieurs substances antimicrobiennes présentes dans le lait humain, dont la lactoferrine, sur plusieurs virus et notamment ceux responsables des rhumes hivernaux (rhinovirus). La lactoferrine semble être la seule substance présente dans le lait humain, capable d'inhiber le développement de ces virus et des symptômes qui les accompagnent (Clarke et al., 2000). Bien qu'issue du lait, la lactoferrine est une protéine parfaitement assimilée et tolérée par l'organisme, et ne présente aucun risque allergène ou d'intolérance, contrairement au lactose. Aujourd'hui, les dernières recherches sur l'activité de la lactoferrine nous donnent la possibilité d'aller plus loin dans le renforcement des défenses immunitaires. Les applications sont nombreuses et de plus en plus d'essais cliniques sont réalisés afin d'explorer ses potentiels thérapeutiques (inflammations, cancer…). La N-Acétyl-Cystéine est un antioxydant puissant par son action sur la production de gluthation intracellulaire. De nombreuses études objectivent, aujourd'hui, ses effets dans la prévention et le traitement des infections hivernales et de leurs symptômes. Elle est également utilisée pour ses propriétés d'expectorant naturel dans les troubles pulmonaires et les accumulations de mucosités.

La vitamine C, aussi appelée acide ascorbique, est essentielle au bon fonctionnement de nos cellules immunitaires. Ce puissant antioxydant favorise l'absorption du fer et du calcium et joue un rôle important dans le renforcement des défenses immunitaires contre les infections hivernales. De nombreuses études ont validé les propriétés antiseptiques et bactéricides de la vitamine C, mais également la nécessité, aujourd'hui, d'une supplémentation en acide ascorbique (Li et al., 2007). Une revue d'essais contrôlés (Douglas et al., 2005) sur le rôle de la vitamine C dans la prévention et le traitement des infections hivernales, a montré que la vitamine C (prise quotidienne) réduisait de 23 % la durée et la sévérité des symptômes du rhume. Plus récemment, des chercheurs du Centre des sciences de la santé de l'université du Texas ont présenté des travaux montrant que la vitamine C stimulait très rapidement la réponse du système immunitaire. Après deux semaines de prise de vitamine C, les niveaux de certaines cytokines combattant les virus avaient augmenté. Cependant, deux semaines après l'arrêt de la supplémentation, leurs niveaux étaient retournés à la normale suggérant que l'effet de la supplémentation avait une courte durée de vie.

Son complexe d'extraits de plantes (propolis, echinacée…) et d'oligoéléments (potassium…), rigoureusement sélectionnées pour leurs propriétés antimicrobiennes et immunostimulantes, agit au cœur de la sphère ORL (nez, gorge, appareil respiratoire) pour vous protéger des infections hivernales.

Ainsi, STIMUNYL® est conseillé dès le plus jeune âge et à tout moment pour renforcer la qualité des défenses immunitaires :
  traitement prophylactique des infections récidivantes de la sphère ORL (cure préventive ou traitement d'appoint).
  prise en charge périopératoire (pré et post opératoire).

Retrouvez toutes ces informations sur le site institutionnel des Laboratoires BIORL :

Contact Presse :

Personne de contact pour les journalistes :

SEGURA Stephan Directeur Général Laboratoires BIORL