communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Entreprises
> Auto-entrepreneur : conseils pour bien démarrer

Auto-entrepreneur : conseils pour bien démarrer

10226

La loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 instaurait, entre autres choses, un nouveau statut pour les hommes et femmes désireux de se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat : le statut de l’entrepreneur individuel, plus communément appelé auto-entrepreneur.

Ce nouveau statut permet aux personnes déjà salariées, fonctionnaires, demandeurs d’emploi, étudiantes ou encore retraitées de débuter une activité sans toutefois créer une société commerciale.

Les formalités pour créer son entreprise sous le statut d’auto-entrepreneur sont des plus simples. En effet, il suffit de s’inscrire auprès du centre de formalités des entreprises qui correspond à son activité : le CFE de la chambre de commerce et de l’industrie pour les activités commerciales, le CFE de la chambre des métiers et de l’artisanat pour une activité artisanale ou mixte (artisanale et commerciale), ou le CFE de l’URSSAF pour une activité libérale.

Puis viennent les démarches pour payer les charges fiscales et sociales... Ces charges se payent mensuellement ou tous les trimestres, selon l’option choisie au moment de l’enregistrement de votre activité. Elles sont basées sur le régime de micro-entreprise.

Les charges sociales se calculent selon le chiffre d’affaires réalisé et déclaré, selon le barème suivant : 12% pour une activité commerciale, 21,3% pour une activité de prestations de services et 18,3% pour les prestations de service des professions libérales affiliées à la CIPAV.

Les charges fiscales sont calculées sur le chiffre d’affaires, et si la condition de revenu maximum du foyer fiscal est remplie, le barème est le suivant : 1% pour les entreprises dont l’activité principale est de vendre des marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fournir le logement, 1,7% pour les entreprises dont l'activité principale est de fournir des prestations autres que celles relevant du seuil de 80 300 euros et 2,2% pour les entreprises fournissant d’autres prestations de services, imposables dans la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux (BNC).

Ce nouveau statut semble bien attirant. Mais il existe d’autres possibilités, parfois moins coûteuses, pour se lancer dans l’entrepreneuriat... Venez tester l’outil de simulation pour vérifier si le statut de l’auto-entrepreneur est bien fait pour vous, et n’hésitez pas à consulter un expert-comptable pour réunir un maximum de conseils avant de vous lancer dans la grande aventure.




Mots clés : Création -