communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Musique
> L’importance de la musique dans la culture marocaine

L'importance de la musique dans la culture marocaine


La musique est un attrait important de la culture marocaine. C'est l'un des moyens que les créateurs, qui dans ce cas sont des musiciens utilisent pour s'exprimer. A travers la musique les artistes expriment leurs sentiments, ils expriment leurs passions, ils racontent une histoire, leur histoire ou même l'histoire du pays. Le concept de music à Marrakech a fait son entrée dans le pays en 2006. En effet, c'est cette année là que des jeunes étudiant dans des écoles de journalisme et de communication ont mis sur pied le concept de « Maghrib Music Awards » avec le soutien de quelques sponsors. Le but de cet évènement est de récompenser dans diverses catégories, les artistes marocains. A la différence de bon nombre de compétitions, ce n'est pas un jury qui décide des vainqueurs, mais plutôt les votes des internautes. En attendant faisons un tour du paysage musical marocain.

La musique du Maroc revêt plusieurs facettes et est constituée de quatre principaux styles : le gnawa, le chaâbi qui sont les plus connus, mais aussi la musique berbère et l'andalouse. Chacun de ces styles peut être séparé en style moderne et en style traditionnel. C'est au 20ème siècle que la musique arabe a pris différentes formes. Certains artistes de l'époque originaires du Liban et de l'Egypte font apparaitre ces nouvelles formes de musique classique, tirées de la musique arabe. Les musiciens pratiquant ce style peuvent chanter en arabe classique ou littéraire. Les musiques au Maroc sont principalement faites de paroles en darija, le dialecte arabe parlé couramment au Maroc ou en Amazigh. La musique berbère encore appelée Amazigh se subdivise en trois groupes selon les régions et les langues qui y sont parlées. Les Tamazigh qui sont au centre du Maroc par exemple, sont spécialisés dans le chaâbi et l'ahidous. Quant à la musique andalouse, elle est composée de différents styles en fonction des villes marocaines (Meknès, Rabat, Fès, Tanger, Tétouan, Chefchaouen, Oujda, Salé etc.) C'est une musique dont les paroles sont en arabe dialectal, littéraire, en hébreu ou même en espagnol, comme nous l'avons déjà dit tout est fonction de la ville.

C'est seulement après l'indépendance du pays que la musique prend véritablement son envol. Deux principales tendances se font remarquer : l'une dépendante de l'arabe littéraire et l'autre de l'arabe dialectal. Le premier style en arabe littéraire est assez conventionnel, proche du classique, tandis que le second est plus accessible au public, plus innovateur, voire même plus léger. C'est en 1980 que le phénomène de « world music » atteint le Maroc, c'est un savant mélange de la musique pop du tiers monde et celle de l'Europe avec une touche de musique traditionnelle du tiers monde. C'est un style encore appelé « fusion ». C'est grâce à ce style musical que le style gnawa s'est fait connaitre à travers le Monde et que ce dernier a découvert les rythmes du Maroc. Bon nombre d'artistes marocains s'en servent donc pour embellir leurs mélodies.

Avec l'avènement des années 1990, la musique marocaine s'est mélangée aux rythmes venant du Monde entier. Les jeunes compositeurs de l'époque sont à l'origine de l'essor de ces différents styles. La musique traditionnelle marocaine mélangée aux rythmes rock, métal, blues, reggae etc. Pour mettre ces styles en avant, chaque année est organisé dans la ville de Casablanca le « boulevard des jeunes ».