communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Santé / Médecine
> Vers un nouveau traitement contre la calvitie

Vers un nouveau traitement contre la calvitie

25432

Des études réalisées en laboratoire sur des souris et des follicules pileux humains de culture ont permis de découvrir une hypothétique cure pour soigner la calvitie masculine.

La découverte d´une substance qui inhibe la pousse du cheveu

D´après George Cotsarelis, médecin et professeur à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie, les tissus du cuir chevelu chauve des hommes souffrant d´alopécie androgénique avaient des niveaux élevés de prostaglandine D2 par rapport aux tissus recouverts de cheveux d´une même personne.

Lorsque la prostaglandines D2 et un de ses dérivés – le 15-dPGJ2 – sont appliqués sur les souris et les follicules pileux humains cultivés en laboratoire, la croissance des cheveux ralenti considérablement..

L´équipe de chercheurs du Professeur Cotsarelis déclare que leurs résultats devraient conduire à la création de nouveaux traitements afin de soigner l’alopécie androgénique, cause la plus fréquente de perte de cheveux chez les hommes. Ils soulignent d´ailleurs que les médicaments qui bloquent le récepteur GPR44 étaient déjà en cours de développement pour soigner d’autres conditions.

A la question : le récepteur GPR44 permettra-t-il aux cheveux de repousser après la calvitie, ou tout simplement prévenir la calvitie, l´équipe de chercheur répond que la question est encore ouverte. Il reste aussi à voir si l’inhibition du récepteur sera effective chez l’homme.

Association entre augmentation de la prostaglandine D2 et régression des follicules pileux

Les chercheurs ont souligné le fait que la majorité des hommes blancs développaient un certain niveau de calvitie masculine avant 70 ans. La cause exacte n’a pas encore été identifiée, mais la testostérone et la génétique sont toutes deux grandement impliquées dans ce processus.

Pour explorer les mécanismes possibles, Cotsarelis et ses collègues ont examiné les tissus du cuir chevelu de 22 hommes blancs âgés entre 40 et 65 ans qui ont subi une greffe de cheveux pour la calvitie masculine. Aucun des hommes ne prenaient de traitement au minoxidil ou la finastéride.

Grâce à l’analyse génétique des tissus du cuir chevelu, les chercheurs ont découvert que les niveaux de prostaglandine D2 étaient environ trois fois plus élevés dans les tissu du cuir chevelu chauve d´une même personne.

Ils se sont ensuite tournés vers des études expérimentales afin de mieux comprendre l’importance de cette constatation. Chez les souris normales, il y avait une association entre l’augmentation de la prostaglandine D2 et la régression des follicules pileux au cours du cycle normal du cheveu.

Et les souris conçues pour avoir des niveaux élevés de prostaglandine D2 avaient développé une alopécie. Lorsque les chercheurs ont appliqué la prostaglandine D2 et 15-dPGJ2 à des souris adultes, les deux substances ont inhibé la croissance des cheveux.