communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Maison et décoration
> Success Story du design : Jieldé

Success Story du design : Jieldé

43829

Le microcosme des designers de décoration d'intérieur est capable d'enfanter du pire comme du meilleur en terme de goûts. Fort heureusement, les modèles produits suivent une logique de sélection naturelle que n'aurait pas renié Darwin : les moins adaptés aux usages et aux us du moment disparaissent au profit de ceux à même de se maintenir auprès du public. Pour s'en convaincre, il suffit de consacrer aux déboires et aux succès des motifs de tapisserie et de papier peint. Rares sont ceux qui ont réussi à survivre à la débâcle du temps qui passe et s'enfuit en ensevelissant les modes avec lui.

Pourtant, il existe quelques belles histoires pérennes dans le design. Des objets qui ont su durer jusqu'à aujourd'hui sans perdre leur âme d'origine. L'une des meilleures illustrations à ce jour demeure la marque de luminaires Jieldé.

À l'origine de cette dernière se trouve le lyonnais Jean-Louis Domecq, un homme ingénieux qui travaillait dans la mécanique générale. Il était alors délicat de trouver un luminaire adapté à son activité en atelier - on est à la fin des années 1940, avec ce que cela implique de pénuries diverses et variées. Or la capacité de bien voir ce qu'il accomplissait dans son métier était primordiale. Ni une ni deux : il s'est mis en tête de fabriquer sa propre lampe pour remédier à ce problème.

Son cahier des charges allait à l'essentiel et ne s'encombrait pas de fioritures ; ce qu'il fallait, c'était une lampe simple et solide, articulée de manière à que qu'elle s'adapte sur tous les supports en vigueur. Jean-Louis Domecq acheva de dessiner la version définitive en 1950 puis lança la production industrielle l'année suivante. C'est en 1953, au moment de créer une compagnie vouée à la commercialisation de sa lampe, que le nom de la marque Jieldé apparait pour la première fois.

Cette fameuse lampe est dénommée STANDARD. Certes, le nom peut ne pas faire rêver, mais elle n'a jamais cessé d'être produite depuis sa création, évoluant par petites touches subtiles. Le décès du fondateur de l'entreprise ne sera pas un obstacle à cette postérité, au contraire ! Ses successeurs renommeront la STANDARD en LOFT. Les développement ultérieurs donneront jour à la LAK et à la SIGNAL, puis à la version suspensions : l'AUGUSTIN.

Considérées comme des symboles - pour ne pas dire des icônes - de l'Art industriel français, ces lampes ne perdent jamais en fonctionnalité ce qu'elles gagnent en esthétique. Ce must-have de la décoration design n'a de cesse de séduire et de charmer, malgré que Jieldé ait passé le demi-siècle d'existence. Gageons que le prochain à venir apportera son lot de nouveaux succès pour une marque qui n'a eu de cesse d'accompagner les développements du design. On fait le point dans cinquante ans, histoire de voir ce qu'il en est ?