communique de presse gratuit

>
> Les tenues sport

Les tenues sport



Les tenues sport

Ce registre est plus ample que celui de la ville, les variétés de couleurs et de motifs étant bien plus développées. On dissociera encore une fois les unis, les rayures et les carreaux. Notons seulement que les rayures sont moins présentes ici (sauf quelques vestes pour l’été). Pourrions-nous alors en déduire que la rayure est plus connotée « ville » et le carreau plus « campagne » ? Sans hésiter : oui. Bien qu’il y ait toujours des exceptions...

Typiquement, les vestons sport ou campagne alternent entre les coloris vert, marron et un ensemble de dégradés fauves, des coloris issus du monde naturel, la mousse et le lichen. Les vestons sport dans les tons gris et bleus sont plutôt versatiles, mi-ville, mi-campagne. Les Américains les appellent « sport coats ». Encore une fois, il convient de respecter l’accord de couleur avec la chemise.

Avec une veste unie dans des tons forestiers (figure 7), si la chemise blanche n’est pas la plus indiquée, elle n’en demeure pas moins un classique. Prenez l’exemple d’un petit tweed Donegal, simple, dans une tonalité marron. Avec, vous pouvez arborer une chemise unie ou à carreaux. Au-dessus de tout cela, vous pouvez porter une cravate club. Donc, ici, l’opposition carreaux/rayures vole en éclat. Eh oui, les règles sont faites de finesse et d’exceptions !

Avec une veste de tweed à carreaux, dans un ton chasse, vert et rouille (figure 8), quelle chemise porter ? Unie, oui, à carreaux, oui. À rayures ? Certainement pas ! L’idée serait parfaitement saugrenue. Et pour la cravate ? Unie semble le meilleur choix, celui de la simplicité (ne l’oublions pas, nous sommes à la campagne). Une grenadine verte, par exemple. Ou alors des petits motifs campagnards : perdrix, canards et chiens de chasse. Et enfin, pourquoi pas le club, toujours dans des tons forestiers.

Avec un chevron gris, plus urbain - le chevron apparaît uni à quelques mètres -, la chemise peut être unie, à rayures ou à carreaux. Quant aux coloris (figure 9), ils sont radicalement différents, cela afin de bien marquer le côté « campagne ». Classiquement, ces coloris (marron, rouille, vert, etc.) s’accordent entre eux, ce qui est plutôt typique des Anglais. Les Italiens, eux, n’ont aucun mal à accorder le bleu marine et le marron. Question de style...

Enfin, il y a le blazer, digne représentant des tenues décontractées (figure 10). Vous pouvez le porter avec une infinité de pantalons (blanc en flanelle grise, en toile rose, en velours dans certains cas, etc.). Les chemises unies, à rayures ou à carreaux s’accordent bien avec lui. Et la cravate par excellence ? La cravate club évidemment ! Mais attention encore une fois à l’excès de superpositions. Deux rayures pourraient faire trop, sauf si les échelles ne se contredisent pas. Et ne riez pas pour le tout dernier accord, chemise à carreaux très américaine sur petites otaries. Tant qu’à être excessif - cette chemise l’est -, autant aller jusqu’au bout !

La différence est donc notable entre le registre ville et le registre sport. D’un côté du gris et du bleu, et de l’autre, du marron, du rouge et du ver. Pour faire simple !



Voir en ligne menttitude : www.menattitude.com