communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Associations
> La grande précarité dans les rues de Paris

La grande précarité dans les rues de Paris

51473

Chaque nuit, des associations partent à la recherche de ceux qui dorment dans la rue ou se réfugient dans une gare, pour leur apporter des boissons chaudes, de la soupe, des sandwichs au fromage... "Nous ne demandons rien en retour", nous explique une bénévole. Ces associations reçoivent aujourd’hui beaucoup moins de fonds publics qu’il y a 10 ans mais sont déterminées à poursuivre leur action malgré tout. La demande pour leurs services ne fait qu’augmenter.

Au coeur de la précarité association

Le problème des sans-abris à Paris est un problème majeur, et toutes ces associations font une réelle différence dans la vie des personnes concernées. Elles apportent un soutien essentiel à ceux qui en ont le plus besoin et nous rappellent qu’il existe encore de la compassion et de la générosité dans ce monde. Nous devons être reconnaissants pour le travail qu’elles accomplissent et espérer qu’elles continueront à recevoir les fonds nécessaires pour continuer à aider ceux qui en ont le plus besoin.

Des associations souvent portées par des valeurs religieuses

Bien que ces associations soient apolitiques et non-religieuses et qu’elles adressent leurs actions à tous ceux qui sont dans le besoin (c’est d’ailleurs ce qui les défini comme des associations d'intérêt public) on ne peut nier que nombreuses d’entre elles sont portées par des valeurs religieuses.

Ainsi nous connaissons tous les figures que sont l’Abbé Pierre ou Soeur Emmanuelle et les associations qui ont vu le jour suite aux actions de ces personnes tournées vers les autres. Aujourd’hui beaucoup d’associations à valeurs musulmanes sont présentes sur le terrain et aident les plus pauvres sans jamais faire de distinction. C’est le cas de l’association Au Coeur de la Précarité qui effectue des maraudes et distributions tous les jours 365 jours par an.

Chaque hiver un plan d’urgence qui se met en place.

Chaque nuit, les associations partent à la recherche des personnes qui dorment dans la rue et leur portent assistance. Cette période de l’année est particulièrement difficile pour ces hommes et ces femmes : le froid, la pluie ou la neige peuvent mettre leur vie en danger. Pour sauver un maximum d’âmes, les communautés mobilisées mettent tout en œuvre pour leur trouver un abri avant la tombée de la nuit. Mais cela s’avère souvent compliqué... Entre les refus des mairies et les hôtels qui ne veulent pas héberger tous ceux qui en font la demande, il reste peu d’endroits où se réfugier lorsque les températures descendent en dessous de zéro degré Celsius . Et pourtant, dormir dehors est de plus en plus dangereux : les saisons froides représentent le troisième plus grand danger pour la santé publique après les accidents de la route et le cancer, selon une étude de l’Inserm.

En plus de ces dangers physiques, le fait d’être sans domicile fixe expose également à une détresse psychologique. Il n’est pas facile de vivre dans la rue, alors que tous ses biens peuvent être transportés dans un sac. "Les sans-abri sont souvent victimes de violences, de vols ou de harcèlement sexuel", nous explique un porte parole associatif. "Ils n’ont pas de toit sur la tête, ils ont froid et faim. C’est une situation extrême qui entraîne beaucoup de désespoir." C’est pourquoi les associations tentent de répondre au mieux aux besoins des plus démunis : elles leur offrent de la nourriture, des vêtements, des soins médicaux mais tentent aussi d’identifier..afin de leur proposer un lieu d’hébergement.

Malgré ces efforts, le nombre de personnes qui dorment dans la rue est en constante augmentation. En 2017, la France a recensé plus de 61 000 personnes sans domicile fixe, selon une étude de l’Observatoire national de l’habitat (ONH). C’est 5 % de plus qu’en 2016 et 15 % de plus qu’en 2011. Le gouvernement s’est fixé pour objectif de diviser ce nombre par deux d’ici 2022. Mais il faudra une réelle mobilisation de tous les acteurs pour y parvenir. En attendant, les associations continueront leur travail nuit et jour pour apporter de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin.

Comment les aider ?

Les soutenir financièrement c’est directement aider ceux qui dorment dehors. "nous favorisons les dons mensuels qui permettent de stabiliser nos actions et de répondre à des besoins urgents" nous explique un bénévole de Au Coeur de la Précarité "cependant les dons ponctuels, les zakat ou le versement de la fidya qui sont des obligations religieuses nous aident grandement également".

Aussi difficile que cela puisse être pour elles, les associations ne renonceront jamais et pour les aider n’hésitez pas à vous engager à leur côté !




Mots clés : humanitaire -