communique de presse gratuit

>
> Spectacle à Paris

Spectacle à Paris



Spectacle à Paris

Depuis des générations, le Carrousel de Paris, dîner spectacle burlesque au mille facettes, amuse et étonne tous ceux et toutes celles qui recherchent des distractions rares dans un restaurant spectacle hors norme.

A 23h00, le rideau s'ouvre sur le prologue.

Valério Berkovics, le meneur de revue,avec son bagou de gala, va animer le spectacle à un train d'enfer !

Apparaissent ensuite dans ce véritable cabaret parisien, aux sonorités modernes mais dans la tradition du grand théâtre, les boys souriants, les girls ondulantes, les artistes comiques les plus brillants, transformistes ou magiciens délirants, chaque attraction étant si originale, dans un show de plus de 2 heures, à la fois café théâtre parisien, grande revue, restaurant discothèque, et cabaret paris réussi !

S'il n'y en avait qu'un, le plus célèbre cabaret parisien n'aurait pas toutes ces qualités, la presse demeure sur ce point, unanime...

Depuis près de 77 ans, le Carrousel de Paris, célèbre cabaret parisien, est devenu au gré des modes, le music-hall le plus éclectique de la capitale.

L'histoire commence en 1926, à deux pas du Moulin Rouge, grâce au comte Albatino qui crée pour Joséphine Baker le cabaret appelé "Chez Joséphine", et celui-là même qui allait devenir quelques années plus tard le dîner spectacle paris du Carrousel de Paris. Avant même que la maison ne devienne un restaurant spectacle, elle y chantera peu avant de devenir vedette, et y fera la fête en compagnie de Jean Cocteau, Robert Desnos, Colette, ou René Clair… En 1933, Trênet débute maladroitement au Carrousel version cabaret Parisien, puis ce sera le tour de Piaf, qui grâce à son père, Louis Gassion, y remportera un succès immédiat, nous sommes en 1936.

En 1938, Bourvil passe la porte du Carrousel pour participer à un radio-crochet qu'il gagnera avec "Ignace", transformant la Maison en café théâtre parisien ; Léo Ferré y donnera ses premiers concerts, ainsi que Bécaud qui ne laissera de traces qu'en tant que pianiste-acompagnateur. Mais les squetches et les pitreries de Bourvil ayant fait des émules, il y eu de plus en plus d'artistes comiques pour s'essayer sur ce qui allait devenir la scène la plus folle de tout Paris.

On ne compte plus les vedettes qui ont joué sur la scène du Carrousel, on se souvient de Brassens, qui en 52, essaie son tour de chant juste avant Bobino quelques mois plus tard. Boby Lapointe, lui, débarque un beau jour, et crée en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire, un véritable spectacle burlesque, mélangeant les genres et allant jusqu'à faire manger et danser les rares spectateurs présents ce soir-là : le restaurant discothèque genre Cesar Palace, était né, et avec lui, l'organisateur de spectacles. A cette même époque, Julien Saurel le fameux crée le restaurant Paris sur la place Blanche, Brel se lie d'amitié à Juliette Gréco, et c'est pour elle qu'il écrit " Quand on a que l'amour", encore et toujours sur la scène du Carrousel de Paris, cette fois devenu theatre Paris sera toujours Paris... A cette même époque, Sacha Distel y joue du Jazz en petite formation, et commence à faire danser. En 54, Dalida y passe l'audition qui changera le cours de sa vie, c'est là qu'elle sera remarquée par Lucien Maurice, alors directeur d'Europe N°1, et par le jeune Eddy Barclay. Le cabaret diner-spectacle prend peu à peu sa forme actuelle, et c'est en 1958, que Barbara y connaîtra les désagréments d'un public boudeur, et lui préférera les soirées cabaret Paris, (plus intellectuelles !), de la rive gauche.

Quant à Serge Gainsbourg, déjà ivre, (mais pas encore de gloire !), on se souvient l'avoir vu commencer son tour de chant avant de l'interrompre brutalement à cause d'un spectateur un peu bruyant. Ce soir-là, l'assistance restera sur sa faim. Et puis c'est le début des années 60 ; Jean Ferra y crée "ma môme", et Nino Ferrer, lui aussi inspiré par le jazz, y restera quelques mois. Enfin, en 1966, Ivan Rebroff fraîchement débarqué de sa Russie natale y déposera quelques semaines ses valises.

Toujours à la recherche des attractions les plus en vogue, la direction de l'époque choisira Coccinelle pour créer l'événement début 70 ; tandis qu'a la belle époque Alain Bernardin crée l'illustre Crasy Horse, tout Paris se presse alors pour admirer la 1ère transexuelle à se donner en spectacle, version diner-spectacle burlesque. Forcément, ça changeait un peu du Lido ! Et puis, à cette époque, le Carrousel de Paris se transforme en boite-à-filles ou à strip-tease. Subsiste le spectacle, mais dans la salle plus de 50 filles, plus belles les unes que les autres, font aussi boire du champagne à leur bienfaiteur de passage…

Jusque dans les années 80.

François Mitterrand, avec ses grands travaux, touchera de plein fouet le Carrousel, en créant le Carrousel du Louvre, (ni cabaret paris ni music hall paris), ce qui, dans l'esprit du public ne fera que compliquer les choses en ce qui concerne les activités pourtant tellement différentes des deux maisons…

Madame Arthur s'installe au Carrousel de Paris, (et non pas au Carrousel du Louvre !) avec ses transformistes (genre Michou) en 1990, quant à la revue du Carrousel de Paris dans sa forme actuelle, c'est le dernier-né des patrons de music-hall, Samy, qui la crée en 96, s'inspirant à ses dires, d'une des pires revues qu'il ai jamais vu, celle du Paradis Latin... (sic !)

Il crée également le restaurant discothèque Paris, organise des événements privés ou publics, des soirées à thème, ou même des vernissages ; (pour faire un pied de nez au Carrousel du Louvre !).

Pas d'interdit, les meilleurs comiques y font leur show : Mathieu, Olivier Lejeune, Gérald Dahan, ou Bernard Mabille, quand à Lagaff, ou Michel Leeb, n'oublions pas qu'ils ont débuté au Carrousel il y a quelques années… « Tout est possible… » dira Samy, le patron aux grognements connus de tous, aux conservateurs qui voudraient garder le lieu comme il a été créé. Tantôt café theatre paris, tantôt spectacle paris, peu importe, du moment que Paris, reste et sera toujours Paris… !

Les attractions s'adaptent à l'époque, et aujourd'hui, même si le table-dance n'est pas encore à l'honneur, les girls qui dansent au Carrousel de Paris sont parmi les plus belles qui puissent exister… On se diversifie encore, et les enterrements de vie de jeunes filles ou de garçons s'organisent l'été ; l'hiver, c'est plutôt la place des soirées de sociétés et anniversaires en tous genres. Un véritable Paradis Latin… Quand à la Saint-Sylvestre et Noël, les réveillons du 24 et du 31 décembre y sont plus que jamais explosifs !

Les grands travaux de l'an deux mil voient se transformer un théâtre si ancien en un tout nouveau music-hall ultra-moderne sans pour autant que le décor ne fut changé.

Les fiestas s'enchaînent, les revues, les diner-spectacles, et les soirées cabaret, le Carrousel est plus que jamais pour l’avenir en mutation permanente.

Et pour l'année qui vient, avec la nouvelle revue, Rigoleto !, le classique burlesque fait son entrée au Music-hall, (avec les vrais tutus de l'Opéra, et la Mort du Cygne…), les danseurs deviennent comiques, ça, c'est une première !

Côté musique, on danse toujours tous les vendredi et samedi soirs après le spectacle, c’est la cerise sur le gâteau !

Cette année 2018 marque la fin d’une époque et le début d’une autre. Nous investissons Paris de tout notre coeur et montons de nouveaux partenariat avec des Hotels parisiens, des boutiques de luxe et de grands restaurants.

Bonne chance le Carrousel du Louvre… Oh pardon, le Carrousel de Paris !



Voir en ligne https://www.carrouseldulouvre.com/ : https://www.carrouseldulouvre.com/


Mots clés : Paris -