communique de presse gratuit

>
> La santé du voyageur dans le monde

La santé du voyageur dans le monde



La santé du voyageur dans (...)

Santé Voyages

Portail web lancé en 1994 www.sante-voyages.com propose aux voyageurs des informations sur les risques sanitaires et la prévention dans plus de 140 pays du monde ; à travers des fiches pays dont voici deux exemples : Madagascar et Malte.

Voyager à Madagascar

La Grande Île est loin d'être malsaine : mais les risques sanitaires, bien réels, sont liés à la pauvreté et aux faibles moyens de lutte contre les maladies transmissibles. Les recours sanitaires sont limités ; à Tananarive, quelques services et praticiens de qualité à l'hôpital Homi, à l'Institut Pasteur proche de Homi, avec centre anti-rabique et conseils aux voyageurs (www.pasteur.mg ). Les praticiens à Tana parlent tous le français. Les excellents hôpitaux de La Réunion ne sont pas loin. Le climat est tropical sur les côtes et tempéré sur les plateaux. On constate parfois des cyclones parfois dévastateurs entre janvier et avril, sur la côte est surtout. La mer est souvent dangereuse (requins), y compris sur des sites paradisiaques. Le tourisme sexuel est punissable d'emprisonnement et/ou de lourdes amendes, y compris pour des rapports avec des prostituées. La délinquance est en forte recrudescence, des bandes armées parfois violentes et agressives envers les touristes existent. Des pickpockets, vols à la tire, cambriolages et autres également. Il est conseillé de toujours circuler à Tana portières fermées. Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour les passagers en provenance (même simple escale) des pays où sévit la maladie. En plus des indispensables vaccins universels pour un voyage à Madagascar (DTCP, HB), le vaccin contre la rage est fortement conseillé, en particulier pour les séjours longs ou ruraux (chiens, chats… et lémuriens). Les vaccins hépatite A et typhoïde sont impératifs. Paludisme : en zone 3 depuis 2013 : Malarone®, Doxycycline ou Lariam®, et protection contre les moustiques (présence de dengue et de chikunguyna). Mada est le premier foyer mondial de peste (grave épidémie en 2013, y compris à Tana) : protection contre les piqûres de puces recommandée. Le choléra est présent, sans impact chez le touriste ; de toutes façons, l’hygiène alimentaire doit être rigoureuse : amibes, Giardia, anguillule, ankylostomes, ascaris… très présents ; et bien sûr diarrhée du voyageur, et ciguatera (consommation de poissons). Il faut éviter tout contact avec les eaux douces stagnantes (bilharzioses urinaire et intestinale, leptospirose…). La présence du VIH/sida est à un taux similaire à celui de la France.

Rester en bonne santé à Malte

Bien peu de risques sanitaires pour cette île sans histoire mais avec une grande Histoire, chrétienne et chevaleresque. La criminalité est très faible, on constate tout de même une petite délinquance en forte croissance (en particulier vols à la tire ou dans des véhicules non surveillés). Pays très chrétien : tenues « légères » déconseillées en ville et autour des lieux de culte ; monokini interdit sur les plages. La circulation se fait à gauche, les priorités sont peu respectées, les routes mal éclairées et parfois dégradées. Attention à la faille de Pantelleria : une zone de forte sismicité, avec nombreuses secousses pour l’instant de faible intensité : mais de nombreux immeubles sont non anti-sismiques. Pour de la plongée, attention aux raies, oursins, et requins etc (le grand blanc, autrefois commun dans la zone, est aujourd’hui beaucoup plus rare) ; il est recommandé de ne pas se baigner dans les endroits non fréquentés par d’autres baigneurs lors d’un voyage à Malte. Les médecins ont une bonne formation ; les hôpitaux et cliniques sont très fiables : l’hôpital privé St-James, tout particulièrement, n’a rien à envier à un de nos CHU. On trouve des pharmacies de garde 24h/24, très bien approvisionnées. Aucun vaccin n’est obligatoire : ceux du calendrier vaccinal français, bien sûr, avec éventuellement l'hépatite A pour les séjours longs ; fièvre typhoïde confidentielle, de même que les parasitoses intestinales. Il faut éviter de consommer du lait et des dérivés non pasteurisés, bien que le risque de brucellose soit faible. Pas de problèmes d’hygiène particuliers donc ; risques épidémiques faibles, comparables à ceux de l’Italie toute proche, donc légèrement supérieurs à ceux de la France ; aucun signalement épidémique à l’OMS au cours des dernières années. Pas de paludisme bien sûr,et VIH/sida et hépatite B de faible prévalence sur l'île de Malte.

En plus des fiches pays, le site Santé Voyages diffuse des fiches maladies et des listes des centres de vaccinations internationales et de conseils aux voyageurs. Il propose également une boutique en ligne avec tous les produits nécessaires à la santé et à la sécurité des voyageurs dans les diverses parties du monde.



Voir en ligne La santé du voyageur dans le monde : www.astrium.com/


Mots clés : santé - tourisme -