communique de presse gratuit

>
> La polygamie dans le mariage Halal

La polygamie dans le mariage Halal



La polygamie dans le mariage

La polygamie est le fait pour un homme de prendre plusieurs épouses, normalement jusqu'à quatre. Dans la pratique du , c'est de plus en plus rare de nos jours. Quand cela arrive, c’est généralement parce que, par exemple la première épouse ne peut pas avoir des enfants, ou avoir d’autres enfants. Il est également possible que le premier mariage a eu lieu lorsque les conjoints étaient très jeunes. Dans ce cas, après quelques années, le couple pourrait se rendre compte à quel point ils sont incompatibles, et une seconde épouse est une alternative à un divorce. Il est évident que c'est bien l'homme qui trouve le seul intérêt à cette attitude.

La première femme va réagir de diverses manières. Certains sont tout à fait capables d'accueillir la nouvelle venue, de la considérer comme une sœur et une aide précieuse et dans la société et dans la maison. D’autres, bien sûr pourraient lui en vouloir farouchement, et cela peut conduire à des difficultés considérables, souvent à un divorce ; et tel est le cas pour le . En fait, les tunisiennes ont un peu l'esprit ouvert et ni la mentalité du pays ni sa loi acceptent la polygamie. Le mari peut beaucoup aider s'il fait très attention de ne pas faire de différence dans son traitement entre ses deux femmes. Ses dépenses doivent être d’un montant égal avec chacune d’entre elles, et ne montrant aucun favoritisme en aucune façon. Ceci est strictement enjoint dans la religion, mais n’est pas toujours observée.

Le consentement de la première épouse n’est pas nécessaire lorsque son époux souhaite contracter un mariage avec une seconde épouse. Par contre, la loi exige généralement que la première épouse soit informée du nouveau mariage. Son refus d’accepter le second mariage peut être un motif de divorce. La réalité avec la polygamie est que le contexte économique et financier difficile rend de plus en plus difficile l'entretien de deux ou plusieurs femmes. Cette coutume tend donc à disparaitre.