communique de presse gratuit

>
>
> Romance à Marseille

Romance à Marseille



Je suis allé une fois seul à Marseille. Je ne savais pas véritablement qu’en attendre et c’est sans doute cette absence d’idée préconçue qui me donna la liberté et le plaisir de la découvrir. En France les clichés sur Marseille abondent – en général peu flatteurs – et me délester de cette charge aussi inutile que stérile était la meilleure des choses pour prendre la mesure de cette cité ancienne que j’imaginais en équilibre entre plusieurs mondes et les englobant tous à la fois.

C’était le mois de juillet et se retrouver seul dans une ville si sensuelle et débordante de vie en plein été aurait pu être une expérience déroutante, mais curieusement je me sentais comblé de pouvoir parcourir les rues sans savoir où elles me mèneraient, de me dire qu’une rencontre était toujours possible et qu’elle n’en serait que plus intense dans une ville inconnue.

À un moment la Corniche s’est ouverte devant moi et la lumière avait quelque chose d’incroyablement clair et limpide. De vieilles villas style Second Empire surplombaient le boulevard côtier et en regagnant le centre-ville la beauté époustouflante de la Rade de Marseille et des Iles se dévoilait progressivement.

Au Jardin du Pharo la lumière déclinante avait redoublé d’intensité et de nombreuses familles et des couples d’amants étaient assis là face au Vieux-Port, silencieuses et profitant des dernières chaleurs du jour. La sérénité du lieu était stupéfiante et si l’on devait décider de l’endroit le plus romantique de Marseille ce serait sans aucun doute celui-là.

Une première rencontre dans un tel lieu et une telle luminosité devait être absolument inoubliable. De retour vers le centre les bars et restaurants du Cours d’Estienne d’Orves étaient pleins à craquer, des amis, des familles ou collègues de travail se détendant dans la douceur du soir. La lourdeur monumentale des architectures et la vie des rues me faisaient penser à l’Italie. L’ébulition et l’atmosphère électrique de la ville avaient quelque chose d’inhabituellement entêtant.




Mots clés : Marseille -