communique de presse gratuit

Diffusion Communiqué gratuit
Entreprises
Bernard Bensaid : DocteGestio Bernard Bensaid : DocteGestio

Bernard Bensaid : DocteGestio

14nov.




Bernard Bensaid : DocteGestio

Depuis la création de sa première entreprise en 1999, Bernard Bensaid a toujours placé les nouvelles technologies au cœur de sa stratégie de développement. Un outil transversal qu’il utilise à la fois au service de l’organisation de son entreprise et au bénéfice de ses clients. C’est donc grâce à la performance du déploiement de ses outils numériques que le groupe DocteGestio, depuis son lancement en 2010 (qui opère sur les marchés de l’hôtellerie, de la santé et du médico-social), a pu restructurer 34 entreprises et conserver 5000 emplois.

DocteGestio fait face aux problématiques de santé publique

Avec le développement de sa branche santé et médico-sociale, Bernard Bensaid a créé depuis peu une nouvelle entité qui rassemble l’ensemble de ces activités : doctocare. Et avec elle, il s’est donné pour ambition de prendre la place d’acteur numéro un sur le secteur du sanitaire et du médico-social en France.

Doctocare est aujourd’hui présent dans 25 départements en France et compte 100 établissements à son actif. Côté ressources humaines, le nouveau groupe compte 3000 intervenants à domicile, 700 personnels soignants et 300 praticiens.

Un tel déploiement marque la volonté de doctocare de participer à résoudre les grandes problématiques de santé actuelles que sont les inégalités de prise en charge et d’accès aux soins, le décloisonnement entre la ville et l’hôpital, les déserts médicaux, le vieillissement de la population, les polypathologies et les maladies chroniques.

Les moyens que Bernard Bensaid met en place pour atteindre son objectif ?

Avant tout, digitaliser le parcours de santé de ses patients pour optimiser la qualité et l’efficacité de l’accueil et du suivi de la prise en charge. Et c’est parce que doctocare mutualise les moyens et les outils déployés dans ses établissements médicaux et socio-médicaux qu’il participe à la fois à optimiser les dépenses de santé publiques et à répondre aux besoins de santé des français en intégralité et ce, tout au long de leur vie.

L’incursion du groupe doctocare sur le secteur de la santé entre donc en droite ligne avec l’objectif d’efficacité que se donnent les pouvoirs publics dans ce secteur.

L’ensemble des structures reprises depuis 2010 par Bernard Bensaid connaît un bon développement et est même en pleine croissance. Amapa en Moselle en est un parfait exemple. L’association mosellane d’aide aux personnes âgées, créée en 1962, aujourd’hui entreprise de l’Economie Sociale et Solidaire, est une pionnière dans le secteur de l’aide à domicile dans le département de la Moselle. Grâce à son travail de collaboration historique avec les institutions territoriales et de santé en local, et parce elle a su prouver la qualité de son savoir-faire, elle bénéficie d’une reconnaissance officielle sur son territoire. Elle propose une offre complète de services dédiés aux personnes âgées et aux personnes à mobilité réduite ; services d’aide à domicile (SAAD), services de soins infirmiers à domicile (SSID) et pour les personnes en perte totale d’autonomie, un accueil en établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD et EHPA). Alors qu’en 2012 elle n’était présente qu’en Moselle, depuis son intégration au groupe doctocare, amapa s’est aujourd’hui développée dans 20 départements en France dont entre autres, la Haute-Savoie, le Rhône, la Sarthe, les Alpes-Maritimes, l’Yonne, le Loir-et-Cher, le Loiret, l’Oise, les Côtes-d’Armor, Pas-de-Calais, la Saône-et-Loire, la Somme, et la Corrèze. Au total 84 établissements et agences et plus de 20 000 personnes accompagnées. Un développement qui a aussi nécessité d’agrandir le nombre de ses équipes ; ils ont désormais 3500 collaborateurs à travailler pour amapa qui comptabilise une augmentation de ses effectifs de 40%.

Amapa, un point de départ

Amapa développe l’offre de services à la personne au Mans et à Tulle, au total plus de 740 emplois sauvegardés

Fin juin 2017, le groupe DocteGestio avec amapa, a repris les activités, les salariés et les bâtiments de l’association mancelle des services à domicile. C’est le Tribunal de Grande Instance du Mans qui statué et retenu la candidature de Bernard Bensaid pour reprendre les rênes de cette structure en difficulté depuis plusieurs mois. L’opération lui aura coûté un million d’euros, une somme indispensable pour épurer les dettes de l’association mais aussi pour le règlement des jours de congés datant de 2016 et dus aux 401 salariés qui ont pu, grâce à ce rachat, conserver leur poste. Les locaux faisant partie intégrante de la liquidation sont situés rue de Pied Sec et représentent une surface de 700m2. L’apaisement est immense pour les bénéficiaires (personnes âgées et personnes à mobilité réduite) des services d’aide à domicile qui sont plus de 3500 à confier leur quotidien aux mains du personnel de terrain de l’association.

Une nouvelle porte s’ouvre donc au Mans, sur un avenir plein de perspectives dessinées par Bernard Bensaid.

Etape numéro un : l’optimisation des coûts.

Et cela passe par la mise en place des outils de gestion du groupe DocteGestio et la mutualisation de son système d’organisation avec la nouvelle entité mancelle. Les plannings d’intervention sont réorganisés par exemple dans l’objectif d’optimiser les déplacements et de faire ainsi des économies sur les coûts des déplacements des équipes terrain qui se rendent à domicile. L’optimisation des coûts n’est pas la seule solution pour relever la structure. Amapa envisage aussi de proposer en plus des services habituels tels que le portage des repas ou les animations diverses, un panel de nouveaux services à ses usagers ; des sorties culturelles, des séjours de vacances. Cette nouvelle offre devrait participer à augmenter le nombre de personnes bénéficiaires des services du groupe DocteGestio et sa filiale doctocare.

Avec à son actif plus d’une quinzaine de réussites dans la reprise d’entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire, Bernard Bensaid a donc fait du redressement de structures en difficulté, sa spécialité.

Avec DocteGestio, amapa s’est aussi portée acquéreur cette année à Tulle de l’association ADMR. Et l’entreprise souhaite maintenir les 345 emplois en place au sein de l’association. En effet, dans le fonctionnement de l’association, le nombre d’heures payées mais non réalisées avait atteint un nombre d’heures annuelles correspondant à peine à trois postes à temps plein. Ce calcul appelé « compteur négatif » et qui permet de mettre en exergue les équipes en sureffectif, est un bon moyen de jauger de la capacité de l’entreprise à maintenir, ou non, le nombre de personnes qui composent ses équipes. Dans le cas de l’ADMR de la Corrèze, DocteGestio a fait le choix de mettre les bouchées doubles pour remplir le planning de ces effectifs vacants plutôt que de mettre fin à leur contrat.

Quels sont les leviers de cette réussite ?

Le secteur de l’aide à domicile a connu de profonds changements de ses modes de financement. Désormais ce sont les familles qui paient alors qu’historiquement ce sont les Conseils Départementaux qui en étaient les principaux financeurs. Alors pour les opérateurs qui n’ont pas su anticiper ce mouvement, c’est la faillite ! Bien sûr amapa travaille en étroite collaboration avec les institutions qui connaissent parfaitement leur population et leurs territoires. Sa stratégie ? Prendre en considération les plans de financement et d’exécution dictés par les Conseils Départementaux et ajuster le travail à réaliser en conséquence pour équilibrer les comptes. DocteGestio prend le parti d’assurer le travail et la gestion nécessaire pour ne pas avoir à solliciter d’aides financières supplémentaires ni auprès des institutions, ni auprès des familles.

La bienveillance, une clé chez DocteGestio

Et pour que cela fonctionne, plusieurs facteurs clés doivent être pris en considération. Et notamment le contexte général qui a beaucoup évolué ; le niveau d’attente à la fois les financeurs et des familles est beaucoup plus élevé en même temps que le coût des ressources humaines ne cesse de grimper.

Alors, reprendre des structures en difficulté avec succès est un vrai challenge. Cela passe avant tout par la ressource la plus importante sur laquelle l’entreprise doit miser : ses collaborateurs. Les hommes et les femmes qui travaillent au quotidien pour apporter un réel service aux personnes âgées et aux personnes dépendantes constituent la force principale de l’entreprise. Il est impératif de les placer au centre du système et de leur apporter au quotidien toutes les ressources dont ils ont besoin pour donner le maximum d’eux même au service des usagers. Cela passe par une valorisation régulière de leurs résultats. Et ça marche ! Les chiffres sont là pour montrer qu’au fil du temps la qualité de travail progresse et il y a de moins en moins d’absents. Donc la quantité de travail aussi augmente dans un secteur où le taux d’absentéisme est très nettement supérieur à la moyenne de la France.

Avec de la considération, les collaborateurs s’investissent dans leur travail parce qu’ils se sentent impliqués. Et dans un métier où la bienveillance des soignants et du personnel d’aide à domicile est un incontournable envers les usagers, DocteGestio se doit d’être bienveillant envers ses ressources humaines. Et la bienveillance doit aussi aller envers les familles. Bernard Bensaid met un point d’honneur à instaurer un très bon niveau de communication avec elles. Pour qu’elle ait la mesure du travail réalisé au quotidien, amapa prend le temps de leur expliquer et de communiquer sur les actions mises en place. Les aides à domicile sont dans beaucoup de cas le dernier lien social qu’ont les personnes âgées alors il est indispensable de valoriser cette mission qu’elles remplissent jour après jour.



Voir en ligne Bernard Bensaid : https://amapa.fr/le-groupe/bernard-bensaid/