communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Société
> Voyance audiotel : retour d’expérience

Voyance audiotel : retour d'expérience

51099

Tout d’abord, je ne me sens pas plus crédule que quiconque, ni encore moins intolérant. La voyance audiotel ne représentait pour moi qu’une aventure de plus à entreprendre. Je n’avais pas forcément de préjugés vis-à-vis de cette... cette... cette quoi d’ailleurs ?

Bref, histoire de me faire ma propre idée, je décidais d’appeler un numéro de voyance audiotel.

Auparavant, je m’enquis de la disposition d’esprit à avoir en de telles circonstances.

Il vaut mieux appeler quand tout va bien

En premier lieu, je me renseignais sur les différents modes de consultation. Le tchat, le SMS ou le mail ne convenaient pas pour me faire une idée. Une consultation au téléphone, avec une vraie voix au bout, me tentait beaucoup plus. J’optais donc pour la voyance audiotel. Arrivé sur une plateforme avec un planning de voyance audiotel, je choisis le parapsychologue. Je lisais également les conseils prodigués.

Les recommandations me parurent tomber sous le coup du bon sens. Par exemple, évitez d’appeler quand tout va mal. Les consultants ont alors tendance à vouloir entendre ce qu’ils ont envie. S’ensuit de multiples appels et à la clé, un sentiment addictif qui peut dégénérer.

Par ailleurs, une page entièrement dédiée à l’addiction à la voyance et les solutions pour en sortir fait partie intégrante du site retenu. Les plateformes qui défendent l’idée de voyance sans complaisance insistent beaucoup sur le fait de ne consulter que deux ou trois fois par an.

Venons-en maintenant à la consultation par elle-même.

La voyance audiotel ne coûte que 12 euros maximum

Premièrement, néophyte en termes de voyance audiotel, j’appris que la communication ne durait pas plus d’une demi-heure. Il s’agit d’un dispositif légal. Même si vous n’avez pas terminé, la consultation prend fin et la communication se coupe automatiquement.

Je ne sais à quoi m’attendre de la part de ce voyant. Je fus tout d’abord surpris par sa bienveillance. Nul doute que je sentais une présence amie au bout du fil. Je posais trois questions. Chacune fut abordée avec calme et sérénité. Les réponses qui m’ont été faites m’ont paru plausibles, en regard de ma situation actuelle. Le parapsychologue a pris le temps d’écouter ce que j’avais à dire.

Au final, les prédictions reçues ont correspondu disons à 60/70%. J’ai également appris qu’un voyant pouvait se tromper, ou tout le moins, faire des prévisions pas tout à fait exact.

J’ai donc rejoint les 25 % de français qui disent avoir déjà consulté un voyant.