communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Tourisme
> Une journée au palais d’été de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg

Une journée au palais d'été de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg


Pour l’élégance et l’atmosphère du vieux monde, Saint-Pétersbourg est de loin la meilleure ville russe. Si vous y allez, une visite à Peterhof, le palais d’été de Pierre le Grand, s’impose.

Saint-Pétersbourg

Lorsque Tanya et moi avons quitté Saint-Pétersbourg pour Peterhof, j’étais de mauvaise humeur. Un pickpocket avait coupé le fond de mon sac à dos et avait volé mon appareil photo. Le ferry qui nous emmenait était bondé et l’adorable enfant à ma droite venait de renverser sa glace sur ma jambe. Pourquoi, je devrais". Mon humeur allait bientôt changer.

Apparemment, sentant mon humeur volatile, Tanya n’avait pas dit un mot pendant les 20 minutes de trajet en ferry. Alors que nous sortions sur une longue jetée à Peterhof, elle a saisi ma main et m’a plus ou moins tiré vers ce qui ressemblait à une ancienne route française. Il s’agissait en fait du Grand Canal menant à Saint-Pétersbourg.

Le Grand Canal est une voie d’eau dont le côté est coupé par deux chemins en direction de Saint-Pétersbourg. Le canal traverse une zone boisée dont les arbres forment presque un toit sur le canal. L’atmosphère est très sereine, d’autant plus que j’ai remarqué le tike de glace sur le chemin opposé du canal. En marchant à peine un kilomètre, on tombe sur Saint-Pétersbourg et la Grande Cascade.

La Grande Cascade porte bien son nom. Il s’agit d’un ensemble de fontaines et de statues situées sur des niveaux de marbre étagés qui s’élèvent jusqu’à l’avant du palais. Après avoir vécu en Russie pendant huit mois, j’étais habitué à voir des bâtiments gris et ternes de cinq étages. L’éclat des couleurs or, blanc et noir était étonnant et m’a fait me demander à quoi devait ressembler la Russie avant le communisme.

Après s’être arrêté à la Grande Cascade pendant près d’une heure, il était temps de faire la visite touristique du palais. Nous avons fait la queue et avons eu une petite conversation avec deux couples allemands derrière nous. Comparé à l’état de délabrement général de la plupart des Russes, nous ne pouvions pas nous empêcher de penser que le palais semblait être en si bon état.

Au début de la visite, j’ai eu l’impression que le palais avait quelque chose de "bizarre". Pour un lieu construit en 1715, Pierre le Grand semblait en savoir beaucoup sur l’électricité. Il semblait notamment avoir planifié bien à l’avance en créant une sorte de structure de tuyauterie interne pour les futurs fils électriques. Eh bien, il était Grand et peut-être que les pouvoirs en place avaient fait quelques remaniements au fil des ans.

Hélas, un de nos amis allemands s’interrogeait sur la même chose. Alors que nous étions au deuxième étage du palais, Jan a interrogé notre guide sur l’anomalie. Il l’a demandé devant notre groupe d’une vingtaine de personnes ou quels étaient les 75 % de Russes. Il a demandé avec un fort accent allemand.

Notre guide a répondu consciencieusement que les Allemands avaient bombardé Peterhof pendant la Seconde Guerre mondiale. Saint-Pétersbourg avait été complètement détruit. Le palais avait été reconstruit par la suite, ce qui explique son aspect moderne.

Il y a eu une de ces pauses de grossesse, qui se produisent dans de telles situations. Jan est devenu complètement rouge. Ayant pitié de lui, le guide touristique s’est immédiatement lancé dans une discussion agressive sur une photo particulière du mur, tandis que nous étions consciencieusement attentifs et posions des questions ineptes.

Bizarrement, le fait que Peterhof soit une structure moderne n’enlève rien à l’expérience. Le palais et les structures environnantes donnent tout simplement l’impression d’être un véritable palais. Avec de nombreux palais en Europe, on a l’impression que Disney a participé d’une manière ou d’une autre à la construction.

Chez Peterhof, il y a un sentiment d’élégance certain, mais une élégance mêlée à un sens pratique requis par la vie quotidienne. Bref, vous pouvez certainement imaginer Pierre le Grand y vivre en été.




Mots clés : weekend -