communique de presse gratuit

>
> Un Congrés mondial de la psychiatrie très controversé à Prague

Un Congrés mondial de la psychiatrie très controversé à Prague



Un Congrés mondial de la (...)

Prague. Samedi 25 septembre se terminait à Prague (République tchèque) le 14ème Congrés mondial de la Psychiatrie qui avait débuté avec une grande manifestation de protestation rassemblant plus de 700 personnes venant de toute l'Europe et des Etats-Unis, organisée par la Commission des Citoyens pour les Droits de l'homme (CCHR). Le défilé des protestataires, d'une longueur de 500 mètres, parcourait les rues de Prague avec bannières et slogans depuis la touristique place Staromestske jusqu'au Centre des Congrés où débutait ce 20 Septembre le 14ème Congrés international de psychiatrie. Opposé au Congres, la CCHR présentait une grande exposition intitulée : « Psychiatrie : aide ou menace ? » Ce même jour à Prague, un journal publiait l'interview d'une jeune femme qu'un psychiatre se proposait « d'aider » en usant de moyens sexuels ce qui a fait l'objet d'une plainte en justice. En outre, la Présidente de la CCHR a déposé une plainte à l'encontre de deux participants psychiatres auprès du Président de la Commission d'Ethique de l'Association psychiatrique mondiale (WPA).

Sur les centaines de pancartes brandies par les protestataires, représentant onze pays européens, on pouvait lire en plusieurs langues : « Psychiatres cessez d'étiqueter et de droguer nos enfants », « Les psychiatres donnent des pilules qui tuent ». Des déguisements sous forme de squelettes symbolisant la mort, ouvraient la marche avec une grande bannière indiquant en Anglais et en Tchèque : « Stop aux drogues psychiatriques pour les enfants ». Les protestataires dénonçaient les drogues et traitements psychiatriques destructeurs administrés inutilement aux enfants. Depuis 1997, dans la République Tchèque, la prescription de Ritaline (un methylphénidate, substance proche et plus puissante que la cocaïne) a augmenté de 400% alors que la Food and Drug Administration (FDA) américaine dénonce ce produit comme pouvant causer chez les enfants arrêt de croissance, psychose, développe l'agressivité et provoque des accidents cardiaques.

Sachant que près de 50% des 20 millions d'enfants auxquels on prescrit ces drogues se trouvent en Europe, cette démonstration avait également pour objectif d'attirer l'attention de la Commission Européenne afin de faire passer, comme dans la région du Piémont en Italie (novembre 2007), une loi protégeant les enfants contre la prescription de drogues psychiatriques perturbant les fonctions mentales. Cette poussée de prescriptions se fait sous la pression de l’industrie pharmaceutique au détriment de la santé des enfants. Le Dr Giorgio Antonucci, un spécialiste italien qui a aidé des centaines de « malades mentaux » italiens à se rétablir sans aucune drogue psychiatrique, déclarait à l'issue de la marche : « Il n'y a aucune raison de soumettre des enfants à des drogues psychiatriques qui peuvent avoir des sérieuses conséquences physiques et mentales pouvant aller jusqu'au suicide. »

Le 22 Septembre, Jan Eastgate, la Présidente Internationale de la CCHR, s'est rendue personnellement sur place au Congrés pour déposer plaintes auprès du Président de la WPA à l'encontre de deux psychiatres participants, l'un ayant eu sa licence révoquée pour avoir utilisé des drogues de manière non-conforme à l'éthique professionnelle et l'autre pour des pratiques non éthiques de la psychiatrie. De plus, la Présidente demandait que le psychiatre soit exclu du Collège Royal des Psychiatres.

La CCHR présente dans 34 pays avec plus de 250 organisations a été fondée en 1969 par l'Eglise de Scientologie et le Professeur de psychiatrie Thomas Szasz. Elle a pour but de dénoncer les violations des droits de l'homme et les pratiques pseudo scientifiques, basées sur le profit, de la psychiatrie.

Information sur : www.ccdh.be

www.cchr.org




Mots clés : conférence - drogue - psychologie -