communique de presse gratuit

>
> Trouver un emploi dans une ONG

Trouver un emploi dans une ONG



Les ONG et associations sont de plus en plus exigeantes en matière de recrutements. Aujourd’hui vouloir "aider les autres" ne suffit plus, des compétences pointues en matière de médecine, logistique, communication mais aussi gestion de projet et parfois même de comptabilité sont demandées à l’embauche.

C’est la conséquence d’une professionnalisation du secteur associatif engagé depuis le milieu des années 90. Pour autant, si les postes à pourvoir sont toujours plus spécialisés, le monde associatif reste encore discret sur les salaires pratiqués dans le secteur. En guise d’informations, les associations précisent souvent la mention "selon expérience" devant la case salaire.

Fortement dépendante des donateurs et parce qu’elles mobilisent aussi de nombreux bénévoles, les ONG et associations françaises se font discrètes sur les rémunérations. C’est d’autant plus paradoxal qu’il existe un consensus sur le fait de ne pas reproduire les erreurs liés à l’amateurisme des personnels par le passé. Et que l’argument de la professionnalisation est souvent mis en avant auprès des bailleurs de fonds ou des fondations, qui y voient la garantie d’un bon usage fait de leurs donations.

Quel salaire demander à la fin de l’entretien d’embauche ?

Tout cela complique la tâche des candidats qui cherchent un emploi dans l’humanitaire. A la question quelles sont vos prétentions salariales, que faut-il répondre ?

C’est en se posant cette question que le blog ong-news-trends a réalisé des recherches sur les salaires du Téléthon, du Secours Catholique de la Croix Rouge et de nombreuses autres associations et ONG.

Dans cet article, intitulé "salaires au Téléthon, à la Croix Rouge ou à MDM", plusieurs exemples de salaires permettront aux cadres et aux dirigeants du secteur associatif de mieux se positionner lors des entretiens. Ou pourquoi pas d’envisager une carrière dans des ONG ou associations anglo-saxonnes qui n’ont pas de scrupules à affirmer que de hautes compétences méritent un salaire conséquent.

Aujourd’hui, le secteur associatif emploie 10% des salariés en France. Selon l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) les salaires pratiqués sont inférieurs de 20% à ceux pratiqués dans le privé.