communique de presse gratuit

>
> Stop aux internements arbitraires en psychiatrie !

Stop aux internements arbitraires en psychiatrie !



Stop aux internements arbitraires en psychiatrie !

Les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme organisent une distribution de prospectus le mardi 16 décembre de 14h à 15h dans la rue Lenepveu et sur la place du Ralliement à Angers, afin de dénoncer les traitements dévastateurs et barbares de la psychiatrie !

Gérard Nemessany âgé de 44 ans et père de famille réclame des indemnités pour "privation abusive de liberté". Il a été interné quinze jours à l’hôpital psychiatrique de Prémontré, avant que le juge de la liberté et de la détention (JLD) de Laon ordonne une mainlevée de l’hospitalisation. Autrement dit la sortie immédiate d’un patient qui n’était pas malade.

Les termes précis du JLD sont : "Lors de l’audience, l’intéressé a tenu un discours cohérent, ne présentant aucun signe de pathologie, en parfaite concordance avec son attitude depuis son hospitalisation, décrite comme maîtrisée et rationnelle..."

Son avocat parle d’un "internement arbitraire", l’homme s’est retrouvé en isolement pendant trois jours et sous traitement léger d’anxiolytique. L’histoire remonte a une dispute de voisinage qui date du 11 avril dernier, jour où l’homme s’est retrouvé en garde à vue et placé en mesure provisoire d’hospitalisation d’office, signée tout d’abord par le maire puis confirmée par le représentant du préfet de l’Aisne.

Il faut savoir qu’aujourd’hui en France, le nombre d’internements sous contraire en hôpital psychiatrique a presque doublé en 15 ans. Mais tous ces internements sont-ils justifiés ?

De plus, les médicaments administrés en psychiatrie peuvent être la cause d’effets dévastateurs tels que : vertige, migraine, insomnie, agitation, convulsions, troubles cardiaques, troubles respiratoires, troubles sexuels, amnésie, coma, agressivité, nervosité, anxiété, délires, psychoses, hallucinations, pensées et comportements suicidaires et bien d’autres. (source : dictionnaire Vidal).

Malgré cela, les Français sont les plus gros consommateurs de drogues psychiatriques en Europe. 20 millions de personnes, soit 1/3 de la population française, ont déjà pris un médicament psychotrope dans leur vie.

Il est donc vital d’informer la société sur les dangers des psychotropes qui en plus, coûtent très chers. En effet, la psychiatrie coûterait 107 milliards d’euros par an à la France, dont 13 milliards remboursés par l’Assurance Maladie, selon un rapport de la Cour des Comptes.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme existe depuis 40 ans en France pour dénoncer les abus psychiatriques. Elle reçoit chaque semaine des témoignages de victimes et de familles sur ces abus.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org, ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr