communique de presse gratuit

>
> Sans sexe solitude

Sans sexe solitude



Sans sexe solitude

Voilà une nouvelle suite en 3 S, hélas pas aussi brillante que la bien connue Sea Sex and Sun. Etats de chocs et révélations dans l’émission "Ça se discute" de Jean-Luc DELARUE de ce mercredi 16 Avril 2008 à 23h. Bienvenue dans la "sans sexe solitude community"

Merci Jean-Luc d’avoir mis le doigt sur ce drame rampant, vieil héritage de notre société, que la science et le modernisme n’ont pas réussi à juguler. La rupture consommée entre empire des sens et sentiments mériterait assurément un vrai débat. Dommage bien dommage aussi, que ce sujet n’ait pu être évoqué qu’à une heure tardive, en sachant qu’il concerne tant de monde. Dans cette diffusion "discrète" on ne peut s’empêcher d’y voir encore une forme de fausse pudeur télévisuelle, vieille habitude hypocrite généralisée de la société autour du sexe et de l’amour. On ne sait même pas par quel bout prendre le sujet, tant cette détresse morale et affective est bien la pire de toutes.

Alors redisons le, et partons de cette réalité brutale : "selon un sondage IPSOS 40% des français annoncent vivre dans la solitude sexuelle et 1 quart d’entre eux déclare ne pas souffrir de ne plus faire l’amour". Nous n’allons pas nous apitoyer sur le quart qui ne souffre pas a qui nous souhaitons simplement nos meilleurs voeux de bonheur. Mais si nous calculons bien, cela fait tout de même presque 20 millions de personnes qui souffrent nuit et jour de ne pouvoir satisfaire leur véritable envie, c’est à dire qu’il ne vivent pas l’association de l’amour et du sexe telle qu’il l’ont imaginée !

Le mal d’amour-sexe est donc un vrai fléau de société ! Faut-il donc minimiser la chose une fois de plus au nom de la sacro-sainte morale publique ? Il y a la manière d’exposer le problème et d’en prendre acte, et c’était grosso modo l’objet de cette émission, mais il y a encore là un vrai manque d’explication sur les causes, et surtout de propositions sérieuses pour le résoudre .

A quand les nouvelles "maisons closes" ? Closes simplement parce qu’elle ne seraient pas conformes à la morale publique. D’un autre coté, des millions de sites pornographiques ne sont rendus légaux que par la présence d’une simple page d’avertissement, pas de quoi décourager celui qui a envie ! même s’il doit utiliser les chemins de traverse. Et le comble c’est bien que tous ces sites ne rapportent pas un centime à l’état contrairement aux prostituées qui elles au moins payent des impôts !

Bravo encore pour cette émission, mais nous avons pu constater hélas, que même a renfort de psy, le mot "sensualité" ne faisait pas vraiment partie du vocabulaire des invités. Erreur manifeste qui mérite de manifester notre désarroi. Et si toutes les médecine de l’esprit et du corps réunies étaient capables de voler à notre secours pour convenir enfin que c’est bien la sensualité et rien d’autre qui établit le lien entre l’amour "au sens noble des sentiments", et le sexe "au sens dépravé du plaisir". Au sens oui ! mais dans quel sens, et non dans tous les sens, avec un , encore, mais pas les mêmes, et dans l’ordre s’il vous plaît !




Mots clés : amour - divorce - femme - homme - rencontres -