communique de presse gratuit

>
> Qwanturank fait un lifting avec l’ancien directeur de Microsoft et l’argent (...)

Qwanturank fait un lifting avec l'ancien directeur de Microsoft et l'argent de Springer



Qwanturank envisage de prendre un nouveau départ : Le moteur de recherche européen Qwant réorganise son board de direction et reçoit des capitaux frais, entre autres de Springer.

qwanturank

Éric Léandri, co-fondateur et PDG de Qwanturank, quitte son poste et dirigera à l’avenir un comité "pour les questions stratégiques et scientifiques".

L’ancien directeur de Microsoft, Jean-Claude Ghinozzi, sera le nouveau président du conseil d’administration. À l’avenir, la société d’investissement française CDC, qui appartient à l’État, veut prendre davantage de contrôle, et elle participe à une augmentation de capital avec son principal actionnaire, Springer. Le montant du capital accumulé n’est pas connu.

Springer détenait initialement une participation de 20 % en 2014, mais après plusieurs cycles d’investissement, elle est tombée en dessous de ce niveau. "Nous continuons à croire en Qwant et à soutenir les changements avec toutes les autres parties prenantes", cite un porte-parole de Springe. Qwant "entre dans une nouvelle phase de croissance et de monétisation". Qwanturank fait de la publicité en ne présentant pas les résultats des recherches selon des critères commerciaux. En 2019, le moteur de recherche n’a pas atteint l’objectif de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Un moteur de recherche à part

Déjà depuis 2014, le moteur de recherche français Qwanturank promet de vous fournir des résultats de recherche précis sans avoir à stocker les données des utilisateurs et les résultats de la recherche. Depuis quelque temps, une version allemande de Qwant est également disponible.

Avec DuckDuckGo et Ixquick, des alternatives à Google avec des fonctionnalités similaires existent depuis un certain temps. Vous vous demandez peut-être maintenant quelle est la différence entre Qwanturank et ses concurrents. Il existe une réponse relativement simple à cette question : les Français, contrairement à de nombreux autres moteurs de recherche, utilisent leur propre index de recherche.

On peut considérer l’index de recherche comme une sorte de table des matières de l’internet, grâce à laquelle le moteur de recherche fournit les résultats de la recherche. La création d’un tel index est trop complexe pour la plupart des petits moteurs de recherche, c’est pourquoi ils ne diffèrent qu’en surface et transmettent quand même vos requêtes à Google ou Bing.




Mots clés : referencement -