communique de presse gratuit

>
> Polyarthrite et risque de dysfonction érectile

Polyarthrite et risque de dysfonction érectile



Polyarthrite et risque de (...)

D´après une récente étude, les hommes atteints de polyarthrite rhumatoïde ont 3 fois plus de risque de développer une dysfonction érectile que les hommes qui ne sont pas touchés pas cette maladie.

« Il est important pour les médecins traitant les patients PR d´être sensibles à toutes les plaintes concernant la fonction sexuelle"

Les Dr Joseph J Keller et Herng-Ching Lin de l´Université de Médecine de Taipei (Taiwan) « Cette étude a réussi à faire une association inédite entre dysfonction érectile et polyarthrite rhumatoïde (PR).

Il est important pour les médecins traitant des patients touchés par la PR d´être sensibles à toutes sortes de plaintes concernant la fonction sexuelle et que le praticien les considèrent en tant que référence afin de déterminer la fonction érectile et le traitement possible ».

L’étude a analysé 6310 patients (âgés entre 18-80 ans) à qui on avait diagnostiqué la PR pour la première entre 2001 et 2009.

Pour cette étude, les chercheurs ont utilisé les données administratives de la base de données de la Taiwan Assurance Santé. La base de données contient toutes les données sur les réclamations et les fichiers d’enregistrement de 1 million d’individus en vertu du programme national d’assurance santé de Taiwan.

Des patients susceptibles de développer d’autres conditions

Les chercheurs ont inclus uniquement des patients touchés par la dysfonction erectile, qui avaient été diagnostiqués au moins deux fois entre 2001 et 2009 - avec au moins un des diagnostics réalisé par un urologue - afin d´augmenter la validité du diagnostic de la dysfonction érectile.

Les chercheurs ont également sélectionné des patients atteints ayant reçu deux ou plusieurs diagnostics PR - avec au moins réalisé par un rhumatologue. En outre, les cas de PR ont été inclus que si on leur avait prescrits au moins un type de médicaments dans le traitement de la maladie rhumatismale.

Il a été suggéré que les patients atteints de PR pouvaient être plus susceptibles de développer d’autres conditions - telles que la dysfonction érectile - qui sont associés à une augmentation des risques cardiovasculaires et d’inflammation chronique.