communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Médias et télécommunication
> "Période électorale" veut-il dire augmentation des ventes pour les journaux (...)

"Période électorale" veut-il dire augmentation des ventes pour les journaux?


Les présidentielles, une bénédiction pour les quotidiens en France

C’est un constat qui est toujours mis en avant par les grands journaux, peu importe leur penchant politique : les élections, d’autant plus pendant les élections présidentielles, sont favorables à la vente de journaux. Des journaux comme Le Nouvel Observateur, ou même Challenges, connaissent globalement des belles progressions de chiffre d’affaires lors de ces semaines de débats, avec une accentuation du phénomène lors des scrutins.

Et les magazines et mensuels à l’image de L’Express, ou Le Nouvel Economiste ne sont pas en reste, dans la mesure où ils profitent de ce surcroît d’intérêt de la part des français pour la sphère politique, véritable aubaine pour un domaine globalement en crise face à une attitude complexe vis-à-vis du web. L’occasion de dynamiser les abonnements magazines en ligne, même si en général, ces hausses des ventes sont généralement occasionnelles.

Les médias belges et suisses en profitent aussi

Alors qu’on ne pense pas forcément aux médias étrangers, nos élections ont cette particularité de donner un coup de pouce également à nos voisins francophones. Pas seulement parce que les citoyens de Belgique ou de Suisse apprécient la politique française ou nos scrutins, mais plutôt en raison d’un cas d’ordre juridique qui en surprend plus d’un. Et paradoxalement, ce qui est vrai pour les magazines français, l’est tout autant chez nos voisins européens, dont les suisses et les belges, mais dans un autre contexte. On constate effectivement que les magazines francophones, et en majeure partie leurs sites web enregistrent des affluences monstres pendant les élections, pour la bonne et simple raison qu’ils ne sont pas obligés de ne pas communiquer les résultats du scrutin avant 20h, et que tous les internautes se ruent sur ces portails pour obtenir les résultats en avance.

Une "étrangeté" d’un point de vue juridique qui provoque le bonheur de nos voisins belges et suisses, et qui prouve que la presse peut tout à fait profiter de ces élections, qu’elle soit en France, étrangère, papier ou en ligne.