communique de presse gratuit

>
> Myopie,pseudo-myopie,presbytie

Myopie,pseudo-myopie,presbytie



Myopie,pseudo-myopie,presb (...)

Comprenons de quoi il s’agit

Si le globe oculaire a un diamètre antéropostérieur normal, lorsque l’œil regarde à l’infini, l’image formée à partir de la lentille, c’est-à-dire le cristallin, vient juste sur la rétine. • Si le diamètre antéropostérieur de l’œil est trop long, l’image formée à partir de la lentille va se projeter en avant de la rétine et sera donc floue au niveau de la rétine : c’est la myopie. • Si le diamètre antéropostérieur de l’œil est trop court, l’image se projette en arrière de la rétine et sera tout aussi floue au niveau de la rétine : c’est hypermétropie. On va donc plus ou moins corriger ces deux anomalies non pas en modifiant la longueur du globe oculaire, mais en équipant les myopes de lunettes concaves qui vont enlever de la puissance au cristallin et en équipant l’hypermétrope de lunettes convexes qui vont rajouter de la puissance au cristallin. Avec un œil de diamètre antéropostérieur normal, on voit net de l’infini à une vingtaine de centimètres devant soi. La distance confortable pour lire se situe habituellement vers 30-40 cm. Pour voir net sur une telle gamme de distance, on agit inconsciemment sur la zonule, c’est-à-dire le muscle autour du cristallin, pour que la lentille devienne plus puissante, c’est-à-dire que le cristallin augmente d’épaisseur pour voir de près : c’est l’accommodation. Au-dessous de 20 cm, le cristallin a atteint son épaisseur maximale, et, si on rapproche encore l’image, elle sera floue, puisqu’elle se formera en arrière de la rétine. Le myope sans verres correcteurs, lui, verra net en lisant à 10-15 cm de son œil.

Avec le temps

En vieillissant, il se produit un phénomène assez banal dans le muscle de la zonule, la perte de la puissance de l’accommodation, et un phénomène très particulier dans le cristallin : le fait qu’il continue indéfiniment à grossir. Le résultat en est que l’œil normal ne peut plus accommoder aussi bien qu’avant, et la dis-tance confortable de lecture va passer à 60 cm, 80 cm puis 1 m, mais les lettres, en s’éloignant, sont évidemment de plus en plus petites, donc moins visibles, et le bras se fatigue à tenir le journal... ! Ces modifications se font progressivement entre 40 et 60 ans : c’est la presbytie. Elle oblige tout le monde à porter des lunettes, spécifiquement pour voir de près. Comme la presbytie est progressive, il faut changer de verres correcteurs à plusieurs reprises dans cette période.

La vengeance du myope

C’est « l’heure de la vengeance du myope ». En effet, lui, il voit toujours aussi mal de loin sans ses lunettes, mais par contre il arrive à lire sans lunettes à 30 ou 40 cm alors qu’avec ses lunettes il est gêné comme les autres pour lire. Le myope a donc à 50 ans plusieurs possibilités : — Soit il met des lunettes à double foyer, c’est-à-dire son verre habituel pour voir de loin et dans la partie inférieure du verre un petit ovale avec une lentille différente pour lire. — Soit il s’habitue à des verres progressifs de type Varilux, c’est-à-dire que le verre pour la presbytie a une forme de pied de parasol occupant toute la partie inférieure de la lunette et une zone étroite verticale au centre. Tout le reste de la lunette est occupé par le verre correcteur de la myopie pour voir de loin. La transition entre les deux types de verres se fait insensiblement, sans démarcation visible. Ces deux types de verres sont pratiques pour travailler au bureau mais un peu plus compliqués pour lire à plat sur son lit ou allongé sur la plage puisque la vision de près est possible seulement en regardant vers le bas. — Soit il a deux paires de lunettes : une pour voir de loin, une pour voir de près. — Soit « il fait le jeune homme » et lit et écrit sans lunettes... ce qui n’est sans doute pas souhaitable.

Qu’appelle-t-on pseudo-myopie ?

De toute façon, la vengeance du myope peut ne durer qu’un temps car souvent, avec les années, arrive la « revanche des normaux ». En effet, le cristallin continuant à grossir avec l’âge, la lentille devient trop forte pour la longueur normale de l’œil. Ainsi voit-on des octogénaires à nouveau lire sans lunettes, c’est la pseudo-myopie sénile, pseudo parce que, contrairement à la myopie de l’enfance, ce n’est pas le globe oculaire qui est trop long, c’est le cristallin qui est trop bombé. À ce stade on a, par contre, besoin de lunettes pour voir de loin.