communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Emploi
> Menuisier agenceur : un métier toujours d’avenir

Menuisier agenceur : un métier toujours d'avenir


En premier lieu, la difficulté à trouver sa voie professionnelle reste toujours un sujet d’actualité chez les jeunes d’aujourd’hui. Pourtant, il semble que les métiers dits "manuels" connaissent un regain d’intérêt de nos jours. Par exemple, celui de menuisier agenceur a toujours bonne presse.

Le quotidien du menuisier agenceur

Tout d’abord, le métier de menuisier agenceur allie un savoir-faire technique indéniable et un sens aigu de l’esthétique. Ainsi, le menuisier peut intervenir sur un grand nombre de fabrications. Fenêtres, portes, meubles en tous genres, mais aussi pose de parquets, de cuisine, de salle de bains ou encore les travaux d’isolations, le menuisier collectionne les cordes à son arc.

Ensuite, si le bois se révèle sa matière de prédilection, le menuisier est amené aussi à travailler le PVC, l’aluminium ou des matériaux composites. En outre, il travaille souvent en atelier pour, après coup, installer ses créations sur site.

Pluridisciplinaire, le menuisier agenceur côtoie souvent d’autres métiers du bâtiment. Electricien, plombier, carreleur et peintre font souvent partie de son entourage de travail. Il en profite pour acquérir des notions dans chaque domaine.

Cursus à suivre, rémunération et opportunités de carrière

Le CAP menuisier ouvre déjà une voie royale à qui sait l’emprunter. Ce cursus est en général suivi en alternance. L’apprenti-menuisier agenceur travaille pour un patron et peaufine son savoir théorique à l’école, en alternance. Signataire d’un contrat d’apprentissage, il perçoit déjà une petite rémunération tout en poursuivant ses études.

Il existe aussi un BAC PRO menuiserie qui peut précéder un BTS Agencement de l’Environnement Architectural qui sanctionne un niveau d’études BAC+2.

La rémunération d’un menuisier débutant démarre aux alentours de 1500 €. L’évolution de la carrière peut laisser espérer un traitement proche des 2000 €. Toutefois, il reste la solution de devenir artisan menuisier agenceur à son compte, en créant sa propre structure. La rémunération sera alors fonction de la marche de l’entreprise artisanale.