communique de presse gratuit

>
> « Les salles de shoot », le retour !!! ...Ou comment blanchir l’argent de la (...)

« Les salles de shoot », le retour !!! ...Ou comment blanchir l'argent de la drogue



« Les salles de shoot », (...)

Depuis longtemps réclamées par des associations subventionnées de toxicomanes inconditionnels de la légalisation comme AIDES et ACTUP, rejetées comme irrecevables par M. Apaire, président de la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT), les salles de shoot refont leur apparition par la petite porte en tant « qu'expérimentation concertée » avec la bénédiction de Roselyne Bachelot, ministre au service des Citoyens et de la Santé Publique. De qui se moque-t-on ? 70% des français n'en veulent pas ? Qu'à cela ne tienne : On leur repasse une autre couche avec la peur du SIDA — Il y avait longtemps ! Et d'ailleurs, cette source de revenus était en train de se tarir. « ..SIDA.. Les promesses de dons sont en baisse » titre le Monde, le 22 juillet 2010 . Ajoutons encore un peu de mixture pseudo scientifique sur les résultats soi disant « positifs » de ces lieux de rencontre pour personnes en manque, à l'étranger, « travaux » que personne n'ira vérifier. (Toutefois : « le collectif d’experts a conscience que ces outils ne sont pas une aide pour lutter contre la dépendance. » reconnait Pierre Polomeni (service d’addictologie de l’hôpital Jean Verdier de Bondy) sur TF1 News— alors, ça sert à quoi ??) Rajoutons un zeste d'esprit citoyen sur la liberté de l'individu à se droguer (c'est bien la seule qui reste !) Plus une pincée de compassion pour la « Santé Publique » et voilà le contribuable tout prêt à accepter de payer le prix fort pour légaliser la drogue.

Beau travail de persuasion qui revient, à court terme, à accueillir à bras ouvert les dealers de tous bords. Blanchis eux aussi ! Qu'importe l'avis de la MILDT ! Les deniers publics — nos impôts —serviront de fond de roulement pour les mafias autrefois illégales qui encaisseront tranquillement les dividendes. A l'heure où l'on ne trouve plus d'argent pour payer les retraites, où la « crise » a balayé nos économies , où les médicaments des personnes malades ne sont plus remboursés, le gouvernement va trouver 3 millions d'euros par an (budget de départ) ET par salle de shoot pour un outil dont l'efficacité, et le But surtout, sont loin d'être très clairs, n'en déplaise aux scientifiques à qui Roselyne Bachelot a commandé l'étude et qui oublient certainement les pays qui ont légalisé et sont revenus en arrière en voyant la recrudescence de toxicomanie et de criminalité que cela causait. (Espagne, Suède..) Se droguer avec la bénédiction de l'Etat ? Ce ne sont pas les toxicomanes qui vont s'opposer à ce qu'on les prenne pour des cobayes ! Leur vie est de peu de poids. On leur injecte des produits — reconnus nocifs par tout le monde — les maintenant ainsi dans une dépendance utile au commerce. On les pousse à prendre des drogues de substitution , méthadone et subutex, qui sont des drogues aussi dangereuses sinon plus, mais « gratuites » (vive la secu !). C'est de l'abus d'inconscience ! Ce système est une vraie vache-à-lait pour les gros importateurs de drogue qui arrivent petit à petit à une reconnaissance de leur statut en payant leur dîme à l'Etat, et pour certains laboratoires pharmaceutiques qui placent leurs produits — une vraie manne, que dis-je, c'est une rente à vie que tous ces drogués maintenus sous dépendance. Alors qu'il existe de par le monde des procédés de désintoxication et de réhabilitation des toxicomanes, sans drogue de substitution et avec un taux de réussite très élevé. Mais ne les expérimentons surtout pas en France : il ne faut pas tuer pas la poule aux œufs d'Or ! Et qui trinque, qui paye ? L'individu, les familles, la société. Parents, soyez rassurés : vos enfants se shooteront désormais légalement !! La drogue obligatoire, c'est pour bientôt. Le commerce de la drogue est sous « contrôle »

Quant aux réels moyens de lutter contre la toxicomanie : la prévention dès le plus jeune âge dans les écoles primaires, une vraie campagne d'information à long terme sur toutes les chaines de télé, dans tous les médias, vous en avez entendu parler vous ??? Seules quelques associations — non subventionnées — se lancent courageusement dans la lutte malgré les embûches volontairement accumulées sur leur chemin et arrivent malgré tout à faire monter le niveau de conscience de la population ; témoin cette enquête de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) publiée le 19 juillet : « Les Français sont plus nombreux à se méfier des drogues et à se montrer moins conciliants à l’égard de ceux qui en consomment, une "évolution très nette" depuis quelques années [] L’évolution concernant le cannabis est nettement plus marquée : 62% des Français le considèrent comme dangereux dès le stade de l’expérimentation, contre 53% en 1999 et 52% en 2002. Et ils sont également plus nombreux à rejeter l’éventualité d’une "mise en vente libre" du cannabis, 85%, soit dix points de plus qu’en 2002. Citoyens, vous avez le pouvoir de choisir. Informez-vous, Informez autour de vous. Ne laissez pas la finance malsaine détruire des vies, vos vies, sans réagir. Les ministres sont à notre service et pas l'inverse. Leur employeur, c'est NOUS !