communique de presse gratuit

>
> Les alternatives à Google

Les alternatives à Google



Google domine actuellement le marché mondial des moteurs de recherche. Il ne se passe pas un jour sans que je ne cherche quelque chose sur Google. Il en va probablement de même pour vous.

Mais les critiques à l’encontre de Google se sont multipliées ces dernières années. Ils ont été condamnés à des amendes pour des problèmes de concurrence, de création d’une bulle de filtrage et de violation de la vie privée des utilisateurs (entre autres choses).

Quel est le meilleur moteur de recherche alternatif ?

Pour répondre à cette question, j’ai fait une expérience.

J’ai fait des recherches sur certaines des alternatives les plus populaires de Google, et j’ai défini chacune d’entre elles comme mon moteur de recherche par défaut pendant une journée. Ensuite, j’ai passé en revue mon travail quotidien pour voir si j’avais remarqué quelque chose de significatif.

J’ai également jugé chaque moteur de recherche sur son engagement à protéger les données et la vie privée des utilisateurs.

Voici les résultats, en commençant par mon préféré :

QwantUrank

Qwanturank

Lancé en 2013, Qwant est un moteur de recherche basé à Paris.

Ses résultats de recherche sont alimentés par Bing et complétés par ceux collectés à partir de son propre crawler.

Honnêtement, j’ai trouvé que Qwant était plutôt bon. Mon seul reproche concernait ses résultats localisés. Une recherche pour "poulet au riz près de chez moi" - un plat populaire à Singapour - a donné des résultats provenant des États-Unis.

En toute justice, cette question n’est pas propre à Qwant. Les moteurs de recherche axés sur la protection de la vie privée ne suivent pas votre géolocalisation, il leur est donc difficile de fournir de bons résultats locaux.

Dans quelle mesure est-ce privé ?

Qwanturank ne collecte aucune donnée et n’utilise pas de cookies de suivi. Il dissocie également votre requête et votre adresse IP pour plus d’anonymat.

Qwant est basé dans l’UE et offre donc une protection GDPR. La France fait cependant partie de l’alliance de renseignement Nine Eyes.

StartPage

De tous les moteurs de recherche que j’ai testés, celui-ci est mon premier choix.

Pourquoi ? StartPage utilise exclusivement les résultats de Google, donc c’est effectivement Google sans le suivi.

Quel est le degré de confidentialité ?

StartPage n’enregistre pas votre adresse IP, et il ne sert pas de cookies de suivi. Mais puisqu’il utilise les résultats de Google, comment savoir s’il n’envoie pas d’informations à Google ?

Les utilisateurs soucieux de la protection de leur vie privée peuvent également se rassurer en sachant que StartPage est basé aux Pays-Bas, qui font partie de l’Union européenne (UE). Il est donc conforme à la GDPR, un règlement de l’UE qui protège les données des utilisateurs.

Cependant, vous devez savoir que les Pays-Bas font partie de l’alliance de renseignement Nine Eyes. Celle-ci partage des données de surveillance de masse avec huit pays, dont ceux qui sont connus pour leurs violations de la vie privée, comme les États-Unis et le Royaume-Uni.

DuckDuckGo

Probablement le moteur de recherche privé le plus populaire, DuckDuckGo (DDG) s’est positionné comme "anti-Google" depuis son lancement en 2008.

DuckDuckGo tire ses résultats de plus de 400 sources différentes, dont son propre robot d’indexation (DuckDuckBot), des sites alimentés par le public (par exemple, Wikipédia) et des partenaires (par exemple, Bing).

Personnellement je pense que les résultats de recherche de DuckDuckGo sont bons, mais pas exceptionnels.

Par exemple, j’ai récemment navigué sur Facebook et j’ai vu une vidéo d’un homme qui écopait l’eau d’une rue inondée. J’ai reconnu le fond de la vidéo comme étant Venise (Italie). Pour savoir ce qui s’était passé, j’ai cherché "venise" dans DuckDuckGo mais je n’ai pas trouvé de résultats pertinents. Pourtant, une recherche similaire dans Google a donné des résultats sur les inondations dans la ville.

Est-ce que c’est privé ?

Selon DuckDuckGo, il ne stocke pas d’informations personnelles identifiables comme les adresses IP. Il n’utilise pas non plus de cookies de suivi. Cependant, il enregistre les recherches, bien qu’il prétende le faire de manière non identifiable.

Cela dit, DDG est basé aux États-Unis, ce qui signifie qu’il fait partie de l’alliance de renseignement Five Eyes. Les utilisateurs soucieux de la protection de la vie privée peuvent également souligner le fait que les États-Unis mènent de façon répétée des programmes de surveillance de masse et recueillent des données auprès de diverses sociétés Internet (par exemple, PRISM et MUSCULAR).

Ecosia

Ce n’est peut-être pas évident pour vous en tant qu’utilisateur final, mais chaque recherche sur Google contribue à la création de dioxyde de carbone. Selon Quartz, le moteur de recherche est responsable d’environ 40 % de l’empreinte carbone d’Internet.

L’entreprise à l’origine d’Ecosia veut contrecarrer cette tendance. Elle donne 80 % de ses bénéfices à des projets de plantation d’arbres, ce qui équivaut à peu près à un arbre planté pour 50 recherches. Elle a également construit une centrale solaire pour faire fonctionner ses serveurs à l’énergie propre.

Les résultats de recherche d’Ecosia sont alimentés par Bing et améliorés par ses propres algorithmes. J’ai trouvé que les résultats d’Ecosia étaient assez bons la plupart du temps.

Dans quelle mesure est-ce privé ?

Ecosia prétend être un moteur de recherche privé. Cependant, si vous lisez leur politique de confidentialité, vous constaterez qu’ils ne sont pas si privés que ça.

Tout d’abord, ils collectent des données de recherche. Ces données, selon eux, sont utilisées pour améliorer leurs services web. Ce n’est qu’après sept jours que toutes les informations personnelles (par exemple, les adresses IP) sont supprimées.

De plus, comme Bing alimente leurs résultats de recherche, ils partagent certains détails avec eux pour répondre à votre demande de recherche.




Mots clés : referencement -