communique de presse gratuit

>
> LeCab n’est pas jaune mais les taxis français voient rouge

LeCab n'est pas jaune mais les taxis français voient rouge



LeCab n'est pas jaune mais les taxis français voient rouge

Le marché des véhicules de tourisme avec chauffeur poursuit sa croissance en France à partir d’un concept né à Londres. La start up Française parisienne « Le Cab » en est le chef de file. Son projet porté par Benjamin Cardoso, 26 ans, est basé sur un logiciel novateur optimisant le remplissage de ces véhicules, en évitant la maraude consistant à rechercher les clients. La start up en détient l’exclusivité pour la France. Elle lève 5 millions d’euros auprès d’investisseurs privés pour la deuxième fois de sa jeune existence pour soutenir sa croissance. Ce qui porte à 8 millions d’euros le financement de la start up qui avait sollicité à ses débuts un financement similaire de 3 millions d’euros qu’elle avait obtenu.

Portait de ce nouveau mode de transport

Il est, selon les dires de son jeune PDG parisien âgé de 26 ans, le mode de transport révolutionnaire à venir. Aussi bien par son coût que par ses prestations qualitatives. La révolution consiste dans un prix forfaitaire fixé .Le prix est connu d’avance, avant la prise en charge. Il est invariable quel que soit le point de départ, la distance et l’heure de la course. Ainsi un Paris-Orly vous coûtera 35 euros de nuit comme de jour. Ainsi les VTC Le Cab sont toutes des berline Peugeot 508 gris anthracite et les chauffeurs portent costume et cravate. L’innovation réside aussi dans les prestations offertes qui les distinguent des taxis : wi fi et ipad mis à disposition par exemple. Selon son pdg, ce mode de transport est appelé à se substituer à la voiture personnelle dont le coût de fonctionnement s’avère de plus en plus lourd. La start up déclare qu’elle a un portefeuille de quatre vingt mille clients et mille cinq cent entreprises abonnées à ses services. Les chauffeurs de ces voitures de tourisme ont le statut d’artisan.

Origine du concept

Addisson Lee, aujourd’hui à la tête d ’un parc de 4500 « mini cabs » à Londres est le fondateur de ce concept qui est exploité à Londres comme New York. Désormais, la start up Le Cab dispose de l’exclusivité de l’application de ce concept en France qui a, semble-t-il, de beaux jours devant lui. C’est ce qui génère la colère des taxis qui ont obtenu depuis peu du gouvernement une mesure cadre selon laquelle il devait y avoir un délai obligatoire de 15 minutes entre la commande et la prise en charge. Selon un décret à paraître, la mesure sera pourtant effective en 2014 seulement . Elle a été prise, dans le but de laisser le monopole au taxis pendant ce quart d’heure, et faire des Véhicules de tourisme avec chauffeur un moyen de transport secondaire et non principal.

Ce modèle économique est il viable ? Va t’il évoluer ? Est ce que le consommateur modifiera la force de ses habitudes ? puisera-t-il dans ce concept un attrait passager ou définitif ? Les taxis détenteurs de licence fort coûteuse vont ils se laisser faire ? Autant de questions qui restent en suspens. A suivre ...



Voir en ligne Formation bourse : l’exemple du développement par l’innovation : www.formationbourse.info