communique de presse gratuit

>
> Le scandale de l’exploitation sexuelle des enfants : Qui ne dit mot, consent (...)

Le scandale de l'exploitation sexuelle des enfants : Qui ne dit mot, consent !



Le scandale de l’exploitation

Bruxelles. L'organisation « Youth for Human Rights International - Des Jeunes pour les droits de l'homme International » est scandalisée par le contenu du Rapport 2009 de l'UNICEF et exprime son indignation : 150 millions de filles et 73 millions de garçons de moins de 18 ans sont impliqués de force dans le commerce du sexe. Cela bafoue non seulement la Déclaration universelle des droits de l'homme ratifiée en 1948 mais aussi la Convention relative aux droits de l'enfant (CRC) de 1989 (193 Etats parties*) et le Protocole de 2000 à la CRC (126 Etats parties) concernant la vente, la prostitution et la pornographie impliquant des enfants. Il faut que les pays occidentaux et les états signataires prennent des décisions radicales et les mettent ipso facto en application.

« Les hommes du monde entier doivent comprendre que abuser des enfants ou l'utilisation d'enfants à des fins pornographiques sont des crimes sérieux. Les enfants ne sont pas des marchandises » a déclaré Sir Roger Moore, ambassadeur international de l'UNICEF, le 2 juin 2009 à Berlin, lors de la présentation du « Rapport 2009 de l'UNICEF pour un combat global contre la pornographie enfantine, la prostitution enfantine et le trafic d'enfants ».

Chaque année, des centaines de milliers d'enfants franchissent les frontières, vendus à des fins sexuelles. « C'est un véritable scandale ! Aucune tolérance ne doit être acceptée dans ce domaine » s'indigne YHRI.

Des études réalisées par l'UNICEF montrent que près de 100 000 filles sont prostituées chaque année aux Philippines ; la prostitution commence dès 13 ans au Bangladesh et, quant au Kenya, 15 000 jeunes gens commencent la prostitution, aussi jeunes que 12 ans pour environ 10% des filles.

N'omettons pas de préciser que les « clients » sont bien entendus les touristes du sexe des pays industrialisés (Belgique inclue !), les pédophiles et les pornographes sur Internet. YHRI demande aux gouvernements une plus grande responsabilité envers ce sujet. « Qui ne dit mot, consent ! »

(*) Les Etats parties ont une obligation légale de respecter et d'appliquer les droits énoncés dans le traité.

Information sur la Déclaration universelle des droits de l'homme et pour voir la vidéo : www.youthforhumanrights.org

Pour les Conventions : www2.ohchr.org/french/law/index.htm




Mots clés : Belgique - enfant - humanitaire -