communique de presse gratuit

>
> La série noire de la psychiatrie continue

La série noire de la psychiatrie continue



La série noire de la psychiatri

La récente mort de Steven H.S. 50 ans, dans des conditions lamentables et dans la plus grande indifférence de la part du personnel de l'hôpital psychiatrique repose la question de l'utilité de ces institutions de souffrance et d'injustice. Depuis sa création en 1969, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme (CCDH) n'a de cesse de se battre pour réformer ce secteur de la santé mentale qui pratique internements abusifs, contention, mauvais traitements, surdosages médicamenteux, abus sexuels des patients,etc.

Après Esmin Green, 49 ans, qui attendait sur son banc depuis 24 heures, sous tranquillisants et qui est morte affalée sur le sol, dans la plus grande indifférence ainsi que le montrait une vidéo, après la mort de ce jeune homme de 25 ans due à « une désorganisation des soins en psychiatrie légale », voici la mort filmée de Steven qui après avoir attendu 22 heures assis sur une chaise, abruti par les drogues psychiatriques, sous alimenté depuis trois jours, va mourir en s'étouffant avec la médication qu'on lui donne sous le regard indifférent du personnel présent. Le père de Steven rapporte aussi qu'on lui avait refusé de voir son fils depuis son internement à l'hôpital psychiatrique. De plus, un enfant handicapé avait été frappé par un docteur dans ce même hôpital psychiatrique de Raleigh (N.C. – USA). Malheureusement ces tragédies sont choses assez banales en psychiatrie.

Si nous regardons les statistiques des causes de mortalité en psychiatrie pour la Belgique en 2004, pour un total de 98 décès non naturels, 89 furent des suicides, selon la ministre de la Santé. Cela est assez alarmant si l'on considère qu'un hôpital est un lieu de soins et d'humanité ; en psychiatrie on y trouve trop de souffrances pour ne pas dire de tortures.

« Sabine a été endormie, enfermée, droguée, et tout cela a servi à quoi ? » déclare l'actrice Sandrine Bonnaire en parlant de sa sœur enfermée 4 ans en psychiatrie.

« A quoi ces sept années d'hospitalisations ont-elles servies ? » demande la mère de Nicolas à Liége.

A quoi sert la psychiatrie ?

Il est grand temps que le public sache ce qui l'attend, car selon les psychiatres une personne sur quatre ou cinq sera un jour dépressive et donc devra avoir à faire face à ces mêmes problèmes.

Dans le cas de Steven, après enquête fédérale il est envisagé de ne plus accorder de financement à cet hôpital psychiatrique.

Information sur : www.ccdh.be ; www.cchr.org




Mots clés : santé -