communique de presse gratuit

Accueil du site
>
Santé / Médecine
> La psychiatrie engendre des actes de barbaries !

La psychiatrie engendre des actes de barbaries !


La psychiatrie engendre des actes de barbaries !

Les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme ont organisé une distribution de prospectus le mardi 6 janvier de 14h30 à 15h30 dans la rue Lenepveu et sur la place du Ralliement à Angers, afin de dénoncer les abus de la psychiatrie qui détruisent notre société !

Un homme a été interpellé vers 10 heures le jeudi 1er janvier, après avoir projeté deux parpaings dans les portes de verre de la mosquée de Créteil. Ce trentenaire a été placé en garde à vue puis hospitalisé d’office, hier soir. C’est un patient régulier de l’hôpital psychiatrique des Murets.

En France et partout ailleurs, nous entendons régulièrement parler de violences, de meurtres ou de suicides commis par des patients psychiatriques, en revanche, nous n’entendons jamais parler de personnes sauvées par la psychiatrie. Serait-ce parce qu’il n’y n’a pas de résultat ? C’est possible !

Dans les hôpitaux psychiatriques, de nos jours, des traitements barbares sont encore largement pratiqués. Nous pouvons recevoir des électrochocs ou sismothérapie ou des injections de médicaments. Nous pouvons aussi subir une camisole de force, des contentions ou encore se retrouver en chambre d’isolement.

De plus, les psychotropes administrés régulièrement en hôpital psychiatrique peuvent être la cause de nombreux problèmes ou effets secondaires dévastateurs tels que : amnésie, coma, troubles sexuels, agressivité, nervosité, anxiété, délires, psychoses, hallucinations, pensées et comportements suicidaires, etc. La liste est très longue.

Lorsque l’on regarde certaines statistiques, c’est alarmant ! Par exemple, le nombre de séances d’électrochocs données chaque année atteint les 70 000 ! Et 20 millions de français, soit 1/3 de la population ont déjà pris un médicament psychotrope dans leur vie.

D’après le rapport des professeurs Bégaud et Costagliola, le mésusage de médicaments en France coûte plus de 10 milliards d'euros par an. Alors à quoi bon donner autant de médicaments qui coûtent très chers à la sécurité sociale ? Il se trouve que c’est un marché très lucratif pour les laboratoires pharmaceutiques.

Nous devons donc informer la société de ces abus commis par la psychiatrie !

La CCDH existe depuis plus de 40 ans en France pour dénoncer les abus psychiatriques. Elle reçoit chaque semaine des témoignages de victimes et de familles sur ces abus.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org, ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr