communique de presse gratuit

>
> L’héritage polémique de Charles Trenet

L'héritage polémique de Charles Trenet



L'héritage polémique de Charles Trenet

En 2001 Charles Trenet disparait et lègue par testament l'ensemble de son patrimoine à son secrétaire particulier Georges El Assidi.

Celui-ci hérite de plusieurs millions d'euros répartis entre quelques comptes en banque, de l'immobilier dans la région Sud (une propriété à Antibes et une autre à Aix-en-Provence).

L'héritage inclut également des objets de valeur et le bénéfice des droits d'auteur gérés par la maison d'édition Raoul Breton.

N'ayant sans doute pas l'habitude de gérer une telle fortune, Georges El Assidi commence à mener grand train, fréquente les restaurants huppés, acquiert des voitures de luxe et finance des soirées dont de nombreux « amis » profitent. Mais en 2005, la famille Trenet porte plainte contre lui. Elle affirme mais sans preuve, que Georges El Assidi a obtenu la signature du testament en sa faveur par la contrainte.

De procès en différents appels, la famille Trenet, Lucienne sa demi-sœur et son neveu Wulfran seront par trois fois déboutés par la Justice.

En 2006, la situation financière de Georges El Assidi est catastrophique. Un ami lui présente deux personnes susceptibles de gérer ses droits de manière plus avisée : Maurice Khardine et Johan Schlüter. Ceux-ci créent une entreprise au Danemark, NEST A/S qui prend en charge le patrimoine reçu en héritage.

retire la gestion des droits aux éditions Raoul Breton et les confie à NEST A/S dont il détient par ailleurs 70% des droits de vote.

Mais en 2007, il porte plainte contre Maurice Khardine et Johan Schlüter. Il dit avoir été spolié de son héritage et n'avoir jamais touché un sou de la part de la société NEST A/S.

Aujourd'hui, l'affaire n'est pas terminée car de nouvelles révélations devraient être faites dans les prochains jours.