communique de presse gratuit

>
> L’héritage de Charles Trenet

L'héritage de Charles Trenet



A l'ouverture du testament, le seul nom de Georges El Assidi apparait en tant que légataire universel. Le secrétaire particulier de Charles Trenet reçoit un héritage de près de 3 millions d'euros constitué de biens immobiliers, de capitaux, d'objets de valeur et de la rémunération des droits d'auteur.

La famille Trenet ne tarde pas à se manifester et à trois reprises, elle portera plainte contre Georges El Assidi, l'accusant d'avoir obtenu la signature de Charles Trenet sur ce testament sous la contrainte.

Lucienne Trenet, demi-sœur de Charles, continuera seule son combat jusqu'en 2011, le neveu de Charles, Wulfran Trenet, également partie prenante dans ces dépôts de plainte baissant les bras à la seconde tentative.

Pendant ce temps-là, Georges El Assidi dépense une grande partie du patrimoine du chanteur en voitures de luxe neuves (une trentaine) ou des notes de restaurant et d'hôtellerie faramineuses pour un budget annuel de plus de 70 000 euros.

En 2006, criblé de dettes et dans la ligne de mire de l'ISF auquel il n'a jamais déclaré de revenu, Georges El Assidi prend contact avec deux personnages susceptibles de l'aider, Maurice Khardine et Johan Schlüter. Ceux-ci lui proposent de monter une société au Danemark, NEST A/S, afin de gérer au mieux le patrimoine restant et de promouvoir l'image de Charles Trenet (projet de musée) jusqu'ici totalement ignorée.

En 2007, les accords établis avec , dont Georges El Assidi détient 70% des droits de vote ne tiennent plus car ce dernier porte plainte contre les dirigeants de NEST A/S pour escroquerie.

Depuis l'affaire continue de se jouer d'un tribunal à un autre.

De nouvelles révélations sont attendues dans les tout prochains jours qui permettront de définir peut-être et une bonne fois pour toutes les responsabilités de chacun dans cette histoire.