communique de presse gratuit

>
> Implication Editions Raoul Breton dans l’ « affaire » Charles Trenet

Implication Editions Raoul Breton dans l' « affaire » Charles Trenet



Implication Editions Raoul Breton dans l' « affaire » Charles Trenet

En 2001, Charles Trenet décède et lègue l'ensemble de son patrimoine à son secrétaire particulier, Georges El Assidi. Celui-ci va mener grande vie et se retrouver en grande difficulté financière. En 2006, pour tenter de gérer au mieux ce qui lui reste, il fait appel à Maurice Khardine qui va créer, avec Johan Schlüter, une société de droits danois, NEST A/S qui aura en charge de gérer le patrimoine restant.

Les droits d'auteur font partie intégrante de l'héritage reçu, et Georges El Assidi va percevoir des rémunérations allant de 500 000 euros à 800 000 euros par an. Ces droit d'auteurs sont gérés par la maison d'éditions Raoul Breton.

Lors de la création de la société NEST A/S, Georges El Assidi va retirer la gestion des droits d'auteur du grand Charles aux Editions Raoul Breton pour les confier à la nouvelle société dont il détient 70% des droits de vote.

Mais en 2007, Georges El Assidi porte plainte pour escroquerie contre Maurice Khardine et Johan Schlüter qu'il accuse d'avoir fait main basse sur son héritage. En attendant d'y voir plus clair dans cette histoire, la justice place les droits d'auteur sous séquestre.

Mais les Editions Raoul Breton continuent à verser directement à Georges El Assidi des droits SACEM (par exemple un versement d'un montant de près de 600 000 euros effectué en mars 2011).

Par ordonnance de référé du Tribunal de Grande Instance de Paris, la société NEST A/S est reconnue comme titulaire de ces droits et mandate un expert pour vérifier les comptes afférents à l'exploitation de l'œuvre de Charles Trenet gérés par les .

Celles-ci se refuseront à cet audit malgré son caractère officiel et juridique… Le 10 avril 2015, la Cour d'Appel de Paris prononce la relaxe de Maurice Khardine pour les accusations portées contre lui par Georges El Assidi.

Mais il reste encore de nombreuses zones d'ombre dans cette affaire de l'héritage de Charles Trenet…