communique de presse gratuit

>
> Du carburant "vert" dans nos stations services

Du carburant "vert" dans nos stations services



Du carburant

Le nouveau carburant E10 est un mélange de super sans plomb 95 avec 10% d'éthanol d'origine végétale. Son objectif ? Réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France d'un million de tonnes par an à partir de l'année prochaine. Son atout ? Il coûte moins cher à l'achat que l'actuel SP95 100%. Ses limites ? Un domaine d'efficacité étroit, une disponibilité partielle dans les stations et une consommation plus importante.

Fabriqué à base de 90% de SP95 et 10% d'alcool dont celui de blé (à 48 %), de la betterave (à 42%), du maïs (à 10 %) etc., le carburant éthanol à 10% se vend à raison de 1 à 3 centimes d'euros de moins que le SP95. Toutefois, la consommation connait une hausse de 1,7% si on la compare avec notre carburant habituel. En effet, l'E10 a un pouvoir calorifique largement inférieur à celui du SP95. En pratique, cela se traduit par l'utilisation d'une plus grande quantité d'essence pour parcourir la même distance. Ainsi, le faible gain sur le prix est réduit serait rattrapé quand on pense à la consommation un peu plus importante.

En outre, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime que « 10 litres d'éthanol s'obtiennent en consommant 7 litres d'essence dans le transport et la transformation du produit ». En d'autres termes, l'atout biologique de ce carburant vert serait largement discutable, malgré le côté innovant de l'utilisation de l'alcool végétal dans sa composition. Néanmoins, sur le plan politique, l'apparition de l'E10 dans les stations françaises constitue une avance de plus de 6 ans par rapport aux objectifs de l'Union, étant donné que la part des biocarburants dans l'essence doit atteindre en 2015 les 10% fixés.

Le super 95 avec une contenance de 10% d'éthanol est compatible avec les voitures immatriculées après 2000. Pour le gouvernement, cette condition secondaire contribue pleinement à la politique de l'Etat relative à la prime à la casse, pour une remise à l'état neuf des véhicules. Sauf que cela ne représente que 47% du parc automobile français (source CCFA) et le reste doit se limiter à une utilisation du SP98, sous risque d'une corrosion pour les moteurs. En effet, l'utilisation d'un carburant à forte proportion d'éthanol peut occasionner un durcissement des joints et des durites et donc générer des risques de fuites.

Par ailleurs, moins des 20% des dépôts de carburant français sont équipés d'installation appropriés à l'éthanol. Et même s'ils en disposent, la majorité de ces stations ne possèdent que deux cuves à essence, ce qui revient à éliminer la vente soit du SP95 soit du SP98. Or, le SP98 est beaucoup plus avantageux pour les pétroliers, compte tenu de son tarif de 5 centimes plus cher, ce serait donc le Sans plomb 95 qui se trouverait dans l'obligation de céder la place. Par conséquent, le budget destiné au carburant pour les voitures vieilles de plus de 9 ans doit s'accroître. Ou sinon, il reste la solution de changer de voiture et d'investir dans du neuf.

Malgré tout cela, l'E10 poursuit un but noble : celui de limiter les empreintes laissées dans la nature en luttant contre le réchauffement climatique. C'est donc aussi la raison pour laquelle les instances françaises se penchent sur la prochaine arrivée d'une version diesel de l'E10 intitulée B10. En effet, les ambitions d'incorporer le biocarburant dans l'univers des énergies renouvelables à grande échelle devraient être atteintes à l'approche de 2010.




Mots clés : automobile -