communique de presse gratuit

>
> Choisir son métier, son orientation

Choisir son métier, son orientation



Choisir son métier, son (...)

Notre point de départ s’appuie sur le constat, souvent répété, qu’il n’y a ni de vision unifiée des emplois dans l’animation, ni dans le sport. Face à cette difficulté, la facilité, a souvent consisté à définir les métiers de l’animation et du sport par opposition aux autres professions : celle d’éducateur, celle d’enseignant, celle de travailleur social. Pourtant alors que le nombre de ces emplois augmente leurs frontières se brouillent. Ce faisant la spécificité des " métiers " est toujours plus difficile à appréhender et l’ingénierie de formation qui leur est associée est rendue très complexe. Une analyse de la bibliographie nous permet cependant d’identifier que les études de ces métiers aux contours mouvants peuvent être organisées autour de quatre approches qui constitueront la trame de nos travaux. Les besoins concrets des membres de l’association seront analysés sur la base de ce référentiel et nous veillerons à l’équilibre et/ou à la complémentarité des approches.

Une approche permettant de choisir un métier

Dans le contexte d’une grande diversité de situations professionnelles et de typologies souvent mal définies, ce qui caractérise cette approche est la recherche de spécificités transversales indépendantes des niveaux de qualification, qui permettront de choisir son métier.

Cette approche devra intégrer d’une part les dimensions socio-historiques qui situent notamment ces métiers dans des filiations avec l’éducation populaire, l’éducation physique ou la professionnalisation du mouvement sportif et d’autre part la dimension purement commerciale. Dans ce cadre, nous ne nous limiterons pas à une définition de l’indenté professionnelle des salariés car nous intégrerons les dimensions liées aux spécificités sociales, économiques et géographiques des employeurs.

Exemple d’études programmées pour 2017 sur cette thématique : Les métiers aquatiques, les métiers du sport de haut niveau. Exemple de demande d’étude pour 2018 sur cette thématique : Les associations sportives : très petites entreprises ?

Une approche en terme d’emplois

À côté de cette approche identitaire, nous devrons nous attacher à quantifier et hiérarchiser les emplois occupés dans la perspective d’apporter notre contribution à la structuration des branches professionnelles, et d’ aider à la professionnalisation et/ou aux réformes des formations.

C’est dans cette perspective très souvent encouragée par les acteurs sociaux dans le cadre de la CPC et des CPNEF que nous nous attacherons à identifier et dénombrer les emplois soit :

- par niveau et type de diplôme ;
- en rapport avec l’offre et la demande ;
- par type de contrat.

Exemple d’études programmées pour 2017 sur cette thématique : Les métiers de l’animation de niveaux 3 et 2.

Exemple de demande d’études pour 2018 sur cette thématique : Les contrats de travail dans le secteur de l’animation, les métiers du sport de niveau 3 et 2.

Une approche qui relie les emplois aux problématiques sociales et aux modèles politiques

Nous observons le plus souvent sur une approche empirique qui en théorie devrait permettre à partir d’emplois types, d’une part de définir les référentiels professionnels, et d’autre part de faire des hypothèses sur les compétences à développer. Dans un cadre prospectif, cette approche néglige le fait que les profils d’emplois ne représentent qu’une des façons dont les employeurs formalisent à un moment donné les activités et les missions dans une organisation et ignore que les emplois dans les secteurs du sport et de l’animation ont une configuration changeante parce qu’ils sont structurellement liés aux évolutions sociales et aux politiques publiques.

Les emplois se dessinant à l’interférence des exigences des employeurs, des logiques de métiers et de l’intervention publique, nous devrons nous attacher à saisir les situations problèmes que ces emplois doivent contribuer à traiter dans le cadre global des orientations des politiques publiques.

C’est par exemple l’ensemble des études déjà réalisées sur la thématique des emplois jeunes : état et perspectives. Exemple de demande d’étude pour 2018 sur cette thématique : Incidence du dispositif du chèque service " associations " sur l’emploi dans le secteur du sport et de l’animation.

Une approche de type aménagement du territoire

La politique d’aménagement sportif a connu de nouvelles orientations avec les deux lois de juin et juillet 1999 qui, même si elles ne sont pas spécifiquement sportives, concernent la place du sport dans la société et son rôle territorial. La loi de juin sur l’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT) exprime l’ambition de rester au plus près des réalités territoriales et celle de juillet, relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, propose une meilleure structuration du territoire.

Le mouvement sportif et les clubs organisent de nouveaux partenariats avec les collectivités locales pour concilier le développement du sport et le développement des territoires. Ainsi, les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) participent de plus en plus à la construction et à la gestion des équipements sportifs, mais également au soutien, à l’animation et à la promotion du sport. Selon le rapporteur de l’Association des districts et communautés de France (ACF), 59 % des actions d’intercommunalité en cours en 2002 concernent au moins une opération dans le domaine du sport. Parmi celles-ci, la majorité intéresse les équipements et les autres l’animation sportive. Les communes, qui restent le premier financeur public du sport, attachent de plus en plus d’importance aux finalités éducatives et d’insertion du sport, même si elles soutiennent le sport de compétition et parfois le sport professionnel. Les " pays ", formés à l’initiative des communes ou de leur groupement, deviennent des espaces de dialogue et de projets entre urbains, périurbains et ruraux. Territoires en émergence, ils peuvent participer à la construction d’équipements et de dispositifs d’animation, notamment en milieu rural. Les départements interviennent largement pour soutenir le sport de compétition et le sport loisir, même si c’est à leur niveau que les plus fortes disparités de financement sont observées. À ces différentes échelles, de nouveaux métiers s’organisent.



Voir en ligne Choisir son métier : orkypia.fr/