communique de presse gratuit

>
> Aéroport de Lyon, le nouveau Far West

Aéroport de Lyon, le nouveau Far West



Aéroport de Lyon, le nouveau Far West

A Lyon, depuis quelques années, une bataille féroce est menée par les différents acteurs de l’industrie locale des transports, autour de l’aéroport Saint Exupéry, anciennement Satolas. Au centre de la discorde, le marché des transports reliant le centre ville de Lyon à l’aéroport, situé sur la commune de Colombier-Saugnieu à 23 kilomètres de Lyon.

Les ambitions autour de l’aéroport

L’aéroport lyonnais a pendant longtemps vivoté. En le développant à la fin des années 1960, la CCI de Lyon avait pourtant déjà des ambitions internationales, souhaitant créer un Hub de gros calibre. Pendant 30 ans l’aéroport remplira sa mission de relais local, recevant chaque année jusqu’à 300.000 passagers. En 1990, suite a de lourds travaux sa capacité est doublée et on inaugure la gare TGV. Renommé Saint Exupéry au début des années 2000, l’aéroport est pointé du doigt pour son manque de croissance et son retard de développement.
A partir de 2009 Aéroports de Lyon la nouvelle société gestionnaire commence à investir lourdement. 6 ans plus tard l’aéroport voit passer plus de 8,7 millions de passagers.

La ruée vers l’or

Nous vous en parlions dans un article la semaine passée, l’aéroport de Lyon est en passe de franchir un nouveau cap dans son développement, et on parle déjà entre Saône et Rhône d’une "ruée vers l’or", à venir avec la privatisation de 60% du capital de l’aéroport, pour une somme de plus d’un demi milliard d’euro et des investissement à venir de 350.000 millions d’euros, destinés à faire entrer dans le TOP 10 européen l’aéroport lyonnais.

L’accès à l’aéroport

L’histoire nous montre que là où il y a "ruée vers l’or", il y a ce qu’on appelle symboliquement "Far West" pour décrire les enjeux malsains qui l’entourent.

A Lyon, la guerre, les pressions, les enjeux se situent au niveau de l’accès à la mine. Au niveau de l’acheminement des voyageurs à l’aéroport ou de leur sortie vers le centre ville.

Comme partout on a la guéguerre entre les VTC UBER et les taxis. Mais pas seulement !

Le SYTRAL (Syndicat mixte des transports pour le Rhône) est l’organisme en charge de la gestion des transports en commun lyonnais. Autour de sa navette Rhonexpress, réputée être le service de transport public le plus cher de France, persiste de nombreux enjeux politico-économique qui vraisemblablement ont tendance à écraser les plus faibles, dans le but de laisser la société Rhone Express gérer en maitre l’accès à la mine. Pour en savoir plus sur cette histoire dingue autour des transports en commun lyonnais je vous conseille la lecture de l’article "Quid du transport aéroport centre ville à Lyon ?" (sur le site communiquesdepresse.fr ).

Ce n’est que le début

A Lyon le Far West des transports risque bien de durer un bon moment puisque la privatisation de Saint Ex doit survenir à l’automne 2016 et que de nombreux investissements vont être mis en place pour le développement de la plateforme. Avec ses 900Ha de terrain potentiellement exploitables Saint Ex est une des plateformes européenne dotée du plus grand potentiel, sans parler de par son emplacement idéal et de la possible fusion avec l’aéroport de Genève si le dossier de la société gérant ce dernier était accepté pour le rachat, comme le souhaiterait l’ambitieuse CCI, qui dit t-on à Lyon, serait également disposée à céder une partie des 15% de parts qu’elle détient dans le Hub ... à suivre




Mots clés : Lyon - voyage -